Actualités

Quelles nouvelles, infos, scoops ou propositions du PTB ont-elles recueilli le plus d’intérêt des lecteurs de notre site cette année ? Découvrez-le ici.

D'avril 2014 à septembre 2015, nous avons payé 6 % au lieu de 21 % de TVA sur l'électricité. Cette mesure a été obtenue suite à un long combat dans lequel le PTB a joué un rôle moteur. Le gouvernement Michel-De Wever, friand de taxes injustes, est revenu dessus. Et donc le PTB est reparti en campagne avec une nouvelle pétition.

Nouvel épisode dans la rage taxatoire des partis de droite : la taxe kilométrique fait son retour. L’idée a été relancée par le gouvernement flamand et son ministre de la Mobilité Ben Weyts (N-VA). Sous prétexte de lutter contre les bouchons, il s’agit surtout d’aller chercher l’argent dans la poche de Monsieur et Madame Tout-le-monde. Pour le PTB, il n’en est pas question.

On entend beaucoup de choses sur le fameux Pacte de l’ONU sur les migrations. Certains diffusent des informations inquiétantes à son sujet. Mais derrière tout cela, il y a surtout un agenda caché dont il faut se méfier.

Il y a sur l'environnement des divergences de fond entre le PTB et les autres partis, dont Ecolo. Une de ces divergences concerne la taxe carbone. Pour le PTB, c'est une taxe injuste et inefficace sur le plan environnemental. Mais il y a aussi l'objectif de réductions de CO2 à atteindre d'ici 2030 et l'illusion que le climat peut être sauvé dans le cadre du marché.

Les résultats des négociations menées dans la ville polonaise de Katowice sont maigres et décevants. Les choses auraient probablement été différentes si les quatre pays exportateurs de pétrole que sont l’Arabie saoudite, le Koweït, la Russie et les États-Unis ne les avaient pas sabotées, avec le soutien d’autres États au régime de droite comme les Philippines et le Brésil. La Belgique, prise en otage par une Flandre dominée par la N-VA, doit elle aussi plaider coupable.

Le climat politique bascule vers la droite à une vitesse inquiétante. Les idées auparavant uniquement proférées par le Vlaams Blok sont désormais banalisées. Les droits humains universels sont remis en question, le nationalisme revient à l’agenda et on veut casser les mouvements sociaux. Ce sont les grands axes d’une fascisation rampante, porteuse d’un projet de société élitiste.

L'année écoulée a été particulière, et celle qui commence ne manquera pas non plus de défis. Pour fêter le Nouvel-An et regarder ensemble de l'avant, le PTB invite ses membres et sympathisants à ses réceptions de Nouvel-An.

Des actions et des grèves ont eu lieu ce 14 décembre dans des centaines d’entreprises du pays. « La Belgique d’en bas a exprimé son vote méfiance à l’égard du gouvernement des patrons FEB-VOKA, réagit Peter Mertens, président du PTB. Un changement radical de politique est urgent. »

Avec Groen et le sp.a, le PTB va à nouveau diriger pendant six ans le district anversois de Borgerhout. Ben Van Duppen devient échevin de la lutte contre la pauvreté, de la diversité, des seniors et du développement communautaire dans un collège qui veut continuer à développer les espaces verts, à renforcer la vie associative et offrir des activités sportives et culturelles accessibles à tous.

Pages