Photo Solidaire

1er Mai : Le PTB partout en Belgique pour une gauche qui ose

Lors de la Fête du travail, le parti de gauche était présent aux côtés des syndicats aux quatre coins du pays. L'occasion pour le PTB de proposer ses alternatives et de redynamiser la gauche. « Le PTB est un parti non seulement de résistance sociale mais aussi de propositions sociales », selon son porte-parole Raoul Hedebouw. Avant de lancer sa campagne de printemps en faveur de la semaine des 30 heures.

La gauche a plus que jamais besoin d'une vision qui sorte des sentiers battus, celle d'une gauche qui ose sortir du cadre, celle qui développe une pensée out-of-the-box. C'est de cette manière que le PTB a ouvert ses interventions aux quatre coins du pays, notamment avec son président, Peter Mertens, dont l'intégralité du discours se trouve ici

Liège 

Quelque 900 personnes se sont rassemblées place Saint-Paul à Liège en fin de matinée pour le meeting organisé par le PTB et le PC. Dans une ambiance combative, Raoul Hedebouw a défendu la semaine des 30 heures, « dans la tradition du 1er Mai » : « La démocratie a besoin de cette respiration. » Francis Gomez, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme, a pointé l’importance de rester mobilisés face aux attaques du gouvernement, avec des propositions offensives comme la réduction du temps de travail. Un cortège s’est ensuite lancé dans les rues de Liège pour porter les revendications de la résistance sociale.

Anvers

A Anvers, c’est un bloc impressionnant d’environ 600 membres du PTB qui était présent pour ce 1er Mai. Ils s’étaient rassemblés dès 10 heures pour venir écouter le discours combatif de Peter Mertens (à lire ici), avant de se rendre ensuite sur la Grand-Place. La revendication de la semaine de 30 heures s’est jointe à celle de syndicats contre le fait de devoir travailler plus longtemps. Quant au bus de la FGTB, il affichait le « pas de racisme dans cette ville ». Jokke Schreurs et Kris Van Daele, respectivement à la guitare et à la contrebasse, on assuré une belle ambiance musicale avec des chansons du juke-box social. 

Bruxelles

Le PTB organisait une « flashmob » à la Bourse : pour symboliser la résistance sociale montante en Europe, les participants ont « transformé » le drapeau européen en un drapeau d'une Europe de la solidarité. Avant cela, Dirk De Block (président du PTB Bruxelles), Muriel Di Martinelli (CGSP), Vladimir Caller (PC) et Claudia Chin (responsable des relations syndicales pour le PTB Bruxelles) avaient pris la parole. Après la « flashmob » qui a réunit 200 personnes, ces dernières ont manifesté jusqu'à la place Rouppe, lieu de rendez-vous de la FGTB, pour rejoindre les quatre stands du PTB : ManiFiesta, Médecine pour le Peuple, PTB-shop et Solidaire.

La flashmob en vidéo : 

Flashmob du Ptb devant la bourse à Bruxelles... #1ermai30h

Posted by Benjamin Pestieau on vendredi 1 mai 2015

Charleroi

Le nouveau secrétaire régional carolo de la FGTB, Vincent Pestieau, a mis l'accent sur le nouveau vent de résistance sociale qui se lève en Europe. Il a pris les exemples de la Grèce, l'Irlande, l'Espagne, la Belgique ou la France. Une syndicaliste de la CGT avait d'ailleurs été invitée à prendre la parole pour expliquer qu'en France aussi, le gouvernement social-démocrate voulait imposer des mesures d'austérité et que les syndicalistes et militants de gauche se battent pour la sauvegarde de leurs services publics.

Gand

A Gand, le cortège du 1er Mai, du Vooruit à l’hôtel de ville, a été accueilli et rejoint au Zuid par quelque 200 membres du PTB brandissant drapeaux rouges et drapeaux grecs. « En effet, outre le thème du jour – la semaine de 30 heures – nous avons voulu mettre en avant celui de la solidarité avec le peuple grec », explique Tom De Meester, le président du PTB-Flandre orientale.

Le PTB a apporté une note musicale au cortège. Le parti avait réalisé un livret de chansons de lutte – Bella Ciao bien sûr, mais aussi Bread and Roses, Which Side Are You On… –, joyeusement chantées en chœur tout au long du parcours.

Louvain

« Ici à Louvain, Les jeunes qui nous avaient accompagnés aux visites des piquets de grève en décembre sont tous présents aujourd’hui, tant au cortège de ce matin que pour notre fête, se réjouit Sander Vandecapelle, le président du PTB-Brabant flamand. C’est très encourageant, car cela signifie que l’élargissement et le rajeunissement du parti se poursuivent. »

Lors de la fête, des dirigeants syndicaux de la CGSP et de la LBC sont revenus sur la lutte contre le gouvernement de droite et sur la résistance à venir. Nouveauté cette année dans le défilé du 1er Mai, où la présence du PTB et de Comac est chaque année plus importante : les drapeaux grecs.

Namur

Les militants namurois du PTB ont assisté au meeting de la FGTB dans une maison André Genot, au centre de la capitale wallonne. Joseph Thonon, secrétaire régional CGSP, a souligné la présence, parmi les affiliés, « de représentants du PTB, d’Ecolo, et bien entendu du PS. » Il a rappelé que toutes les grèves sont politiques et dénoncé une tendance antidémocratique de certains partis qui veulent éliminer les syndicats, avant de parler de la réduction collective du temps de travail, revendication syndicale à l’opposé des mesures du gouvernement fédéral mais soutenue par le PTB avec la semaine des 30 heures. Michel Meyer, président de la CGSP, a dénoncé la menace qui pèse sur les services publics avec le gouvernement Michel, mais sans oublier « que les précédents en ont déjà mis une petite couche. » 

Arlon

Dans le chef-lieu de la province du Luxembourg, c'était la première fois que la FGTB ne faisait pas un meeting commun avec le PS. A la place, le syndicat a organisé un débat ayant pour thème : « la gauche défend-t-elle encore les travailleurs ? » Invités à ce débat : le PS, Ecolo, le MG et le PTB. Marco Van Hees, député fédéral, a pris la parole pour le PTB. Une centaine de personnes ont suivi les échanges. « Plusieurs personnes personnes sont venues me voir après pour me dire que le PTB devait développer le parti partout dans la province », sourit Marco Van Hees.

Mechelen

 A Malines, la délégation du PTB était composée d’environ 35 personnes. « Ce n’est vraiment pas mal, commente le président du PTB local, Dirk Tuypens, parce qu’ici, c’est encore vraiment une fête sp.a. Mais c’est néanmoins un fait : nous continuons de grandir. » A 18 heures, le PTB Malines organise sa Fiesta du 1er Mai, où Dirk Tuypens et Peter Mertens, le président du parti, prendront la parole et où se produiront aussi des musiciens.

 

La Louvière

Tessenderlo

Turnhout

Genk

Dender

Saint-Nicolas (Sint-Niklaas)