Photo Solidaire, Han Soete

Anvers: #15dec: la plus grande grève des 30 dernières années

Photo Solidaire, Han Soete
Photo Solidaire, Karina Brys
Photo Solidaire, Karina Brys

Dans la province d’Anvers, la grève a démarré dès dimanche en fin d’après-midi, avec la mise à l’arrêt du pilotage portuaire. Dès 17 heures, plus aucun bateau ne pouvait entrer dans le port ni en sortir. Dans le nuit de dimanche à lundi, dès 2 heures, de grands piquets de grève ont bloqué tout accès aux grandes entreprises de pétrochimie. Toutes les grandes entreprises anversoises sont en grève.

La grève s’étend sur tous les secteurs : métal, chimie, alimentation, De Lijn, les chemins de fer, les services publics – tant locaux et régionaux que fédéraux –, l’industrie pharmaceutique, la distribution, le port, les prisons, la poste…. « C’est la plus grande grève depuis trente ans, constate Wouter Van Damme, président provincial du PTB. Toutes les grandes entreprises sont à l’arrêt, tout comme plusieurs installations de pétrochimie. Partout, on voit d’importants piquets, et aux zonings, des piquets de plus de 200 personnes ne sont pas une exception. Mais la grève est également générale dans des entreprises plus petites. Par exemple au zoning industriel de Hoogstraten : c’est la première fois qu’on voit là un piquet de quelque 80 personnes. Les grévistes ne se sont pas laissé intimider par les menaces de plusieurs patrons. »

Le mouvement citoyen Hart Boven Hard s’est rendu à plusieurs piquets en visite de solidarité. Plusieurs artistes ont, pour la première fois, rencontré la lutte des classes. A 10 heures, Hart Boven Hard a prévu une tournée à vélo de nombreux autres piquets.

« Depuis tôt ce matin, quelque 200 militants du PTB sont en route pour soutenir les grévistes en rendant visite à plus de 160 piquets dans toute la province, rapporte Wouter Van Damme. Les grévistes s’opposent aux mesures antisociales du gouvernement Michel. Mais c’est surtout le Premier ministre de l’ombre, Bart De Wever, qui suscite la colère des grévistes. Ses déclarations de ces dernières semaines ont jeté de l’huile sur le feu. "Je ne suis pas assis sur la même branche que De Wever", avons-nous entendu à plusieurs reprises, suite au propos de De Wever qui prétend que "nous sommes tous sur la même branche, politiciens, patrons et travailleurs". La vision de société de Bart De Wever n’est clairement portée par aucune base. Les gens veulent la solidarité et non la mentalité du "moi-moi-moi et le reste peut crever". Ils sont fortement déterminés à poursuivre jusqu’à ce que les mesures antisociales soient retirées. »