Photo Adolfo Lujan/Flickr

Avortement : les élèves ont droit à une information objective

Le Centre d’Action laïque a récemment dénoncé le fait que des animations sur le droit à l’avortement était réalisé dans les écoles par le Groupe Croissance, dont le but est de décourager la pratique de l’avortement. Le député PTB Ruddy Warnier va interpeller la ministre de l’Education Marie-Martine Schyns (cdH) pour défendre le droit à une information neutre et objective. 

Depuis juillet 2012, les écoles doivent mettre en place un cours d’Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle, ce qui est une très bonne chose. Mais il semble que le décret laisse la porte ouverte à des dérives. En effet, ce décret laisse l’entière liberté aux écoles dans le choix des intervenants lors de ces cours. Or tout le monde sait à quel point le droit à l’avortement est remis en cause par certains groupements en Europe, y compris en Belgique.

D’après le Centre d’Action laïque, ce droit est remis en cause par le Groupe Croissance. Celui-ci découragerait la pratique de l’avortement au lieu de donner une information neutre aux élèves. Or, on parle d’un groupe qui aurait fait plus de 150 animations dans 23 écoles de la Fédération, sur la seule année 2014-2015. La Présidente du Groupe Croissance a même récemment déclaré que « l’avortement peut causer des maladies », ce qui est totalement inexact et constitue une entrave à une information correcte sur l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) à laquelle tous les jeunes ont droit. 

Il y a encore du pain sur la planche pour faire de l’avortement un droit plein et entier. En Belgique, ce droit n’existe d’ailleurs toujours pas à part entière. La pratique de l’avortement est seulement dépénalisée. Cela commence par le droit à une information correcte des jeunes dans les écoles. 

Le député Ruddy Warnier interpellera donc la ministre Schyns afin d’y voir plus claire sur l’activité de ces groupes pro-vie au sein des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le PTB défend une information neutre et objective dans les écoles sur le droit à l’avortement dans les cours d’Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle. Le décret de 2012 doit à ce titre préciser les principes et le contenu des animations dans les écoles, en particulier la non discrimination sexuelle, l’information rigoureuse sur la contraception et l’avortement.