Capture d'écran de la RTBF

Budget : les nouvelles mesures sur le chômage poussent les gens dans la pauvreté

L'accord budgétaire conclu hier soir par le gouvernement fédéral cible durement les chômeurs et les prépensionnés, mais laisse les super-riches hors de danger.

► La dégressivité des allocations de chômage pousse les gens sous le seuil de pauvreté

Le gouvernement veut s'attaquer à l'« inadéquation » du marché du travail en... accélérant la dégressivité des allocations de chômage. C'est ainsi que l'on pousse les gens en dessous du seuil de pauvreté. Le risque de pauvreté parmi les chômeurs est déjà de 48 %. C'est antisocial et injuste. De plus, les études montrent que l'on n'augmente pas les chances pour les demandeurs d'emploi de retrouver un job en réduisant leurs allocations.

Le gouvernement prend prétexte de métiers en pénurie (qui est une fable) pour accentuer la dégressivité des allocations de chômage. Après la chasse aux chômeurs, les précédentes mesures de dégressivité, la réforme des allocations d'insertion, c'est une nouvelle attaque contre les personnes sans emploi, qui ne sont pas les responsables mais les victimes d'un système économique capitaliste incapable de résoudre les problèmes d'emploi.

Concrètement, le gouvernement va mettre encore plus rapidement ces personnes sous le seuil de pauvreté. C'est inhumain et cela ne va en rien apporter une solution aux métiers en pénurie. Ceux-ci s'élèveraient à 130 000, alors que le pays compte 487.291 chômeurs indemnisés (fin 2017), sans compter tous les sans-emplois exclus d'allocations.

Les employeurs exigent des travailleurs sous-payés, flexibles et qu'ils ne doivent pas former eux-mêmes. C'est cette rigidité patronale qui est cause de (relative) pénurie. Mais le gouvernement prend prétexte de celle-ci pour réduire encore le montant des allocations, dans le but d'exercer une pression à la baisse sur l'ensemble des revenus. Telle est la logique de toutes les mesures d'activation : mettre les gens dans la misère pour les obliger à accepter des jobs de plus en plus précaires, de plus en plus sous-payés. En ce sens, la dégressivité accrue des allocations de chômage est une attaque contre l'ensemble des travailleurs et appelle une riposte générale du mouvement social.

► L'accès à la prépension et les aménagements de fin de carrière encore plus compliqués

L'âge de la prépension (RCC) sera porté à 59 ans en 2019 et à 60 ans en 2020. Le gouvernement relève l'âge d'aménagement de fin de carrière (crédit-temps) de 55 à 60 ans.

► Privatisation de Belfius : le gouvernement n'a pas retenu les leçons de la crise financière

Ayant trouvé un accord sur Arco, le gouvernement va procéder à la privatisation de Belfius sous la forme d'une entrée en Bourse. Bonne nouvelle pour certains investisseurs avides de rendements boursiers. Par contre, pour le dixième anniversaire de la crise financière de 2008, c'est vraiment le signe d'une amnésie historique des autorités. La banque publique Crédit communal a fonctionné un siècle et demi sans problème. Mais il n'a fallu qu'une décennie après sa privatisation (sous l'enseigne Dexia) et son introduction en Bourse pour que l'institution soit, par deux fois, au bord du gouffre.

Les banques doivent jouer un rôle d'intermédiaire entre épargnants et demandeurs de crédit sans devenir des machines à sur-profits. Or, aujourd'hui, le secteur financier belge a renoué avec des taux de profits excessifs tournant autour de 10 % (deux fois plus que la moyenne de la zone euro). La chute de Dexia a coûté des milliards à l’État et il reste des milliards de garanties pesant toujours sur le Trésor public. En introduisant Belfius en Bourse, le gouvernement place la banque dans une logique du profit maximal, cette même logique à la base de la crise financière de 2008. C'est vraiment ne pas retenir les leçons de cette crise. Pour le PTB, il faut faire de Belfius une véritable banque publique : mais seulement une institution avec des capitaux publics, mais avec une mission financière de service public.

► Un budget fondé sur des manipulations comptables

Le gouvernement avait un « effort budgétaire » de 2,6 milliards d'euros à réaliser, selon les données fournies dans le rapport du comité de monitoring. Mais comme ce rapport l'indiquait, ce chiffre a été imposé par le président du comité contre l'avis des autres membres. En réalité, sous pression du gouvernement, des hypothèses trop favorables ont été retenues.

Manifestement, ces manipulations budgétaires sous formes de corrections dites techniques se sont poursuivies lors du conclave budgétaire et notamment sur les recettes de l'impôt des sociétés. Or, la réforme de l'impôt des sociétés avait déjà été faussement vendue comme une opération neutre budgétairement, alors qu'elle représente en réalité un cadeau à celles-ci. Le gouvernement élargit donc encore ce mirage.

Cela renvoie à la cause fondamental du déficit : les cadeaux offert au capital, notamment les milliards de réductions de cotisations sociales dans le cadre d'un tax-shift qui n'est toujours pas entièrement financé. Sur les années 2014-2018, le gouvernement Michel a déjà imposé 18 milliards d'efforts budgétaires à la population (sans compter donc, les nouveaux efforts de ce budget 2019). Pourtant, la législature va se terminer sans sortir du rouge et les actuelles manipulations de chiffres vont alourdir d'autant plus le déficit à résorber lors des prochains contrôles budgétaires, ce qui impliquera de nouvelles mesures d'austérités antisociales pour la population.

Le 1 % les plus riche de la population belge détient un gigantesque patrimoine de près de 500 milliards d'euros. Un patrimoine qui ne cesse de grossir année après année, et d'autant plus grâce à ce gouvernement dont la politique a été officiellement plébiscitée par la FEB. Pour le PTB, c'est dans cette énorme manne qu'il faut porter l'effort budgétaire, entre autres via une taxe des millionnaires.

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Moi je dit si ca continue comme ca, il risque d avoir une sorte de guerre civil, car l etat abuse enormement des citoyen belge, car si nous les belge n avont plus de pouvoir d achat, sa signifie plus rien a perdre et la sa risque d avokr des consequence, pour moi il evite l enivitable, car il continue a cherche l argent cher les pauvre et que le pauvre na plus d argent ils devronts quoi qu il arrive cherche chez les plis riche, de plusse plus de pouvoir d achat plus d argent quj rentre dans les caisse, il veulent que les gents travaille et que les independent engage, quil diminue les charge salarialle et les independent engage, car mon encien patron me payer a moi 1500€ plusse 3000, et 4500 € pour 1 ouvrier, sa donne pas envie d engager, voila mon avis et merci d avoir lue mon article
Et oui on va encore s attaqué a la classe moyenne et aux plus faibles. C est le plus minable et pire gouvernement qu on a eu. Merci aux libéraux d voir apporté la pierre d édifice. Aux nationalistes a ce bastonnage ultra libéral. Et anti social. On s en souviendras capitalistes et arrogants.
Et oui on va encore s attaqué a la classe moyenne et aux plus faibles. C est le plus minable et pire gouvernement qu on a eu. Merci aux libéraux d voir apporté la pierre d édifice. Aux nationalistes a ce bastonnage ultra libéral. Et anti social. On s en souviendras capitalistes et arrogants.
si on réflèchit bien on donne d un cote (augmentation des allocations de chomage ) et puis ben on reprend de l autre ( dégrésiviter rapide des allocation de chomage ) donc ce qu il fond sa sert a rien il son idiot de faire cela , bien sur s et au dèsaventage des chomeurs , s et du vol pur et simple il respecte pas les gens et les forcer a trouver quel que chose en faite
La chancelerie a inviter toutes les delegations Dan's me musée du cinquantenaire en grande pompes le tout payé avec nos impôt?. Y-a-t-il moyen de savoir combien a coûté cette petite soirée, et si elle a vraiment été complètement payée par l'argent que la Belgique reçoit pour avoir le siège de l'OTAN sur son territoire? Vu le nombre de personne et de policier déployer, vu l'ensemble de l'infrastructure déployé, j'ai des doutes. Bonne petite question a posé à la majorité, ainsi que de savoir à qui profite cette invitation...