Photo Solidaire

Carnets grecs (1) : la droite lance une « blitzkrieg » contre les partisans du « Non »

Alors que la campagne pour le référendum bat son plein, le PTB a envoyé une délégation en solidarité avec le peuple grec. Parmi cette délégation, Michaël Verbauwhede, député bruxellois, et Steff Coppieters nous font vivre les événements sur place avec ce journal de bord.

 

Une rencontre étonnante…

Arrivés à Athènes, nous demandons notre chemin à une femme d’une quarantaine d’années. « Vous allez à Omonia ? Ca tombe bien, moi aussi. Suivez-moi ». Anastasia* est employée dans un salon de coiffure. Une grosse discussion s’engage directement. Le référendum et plus largement la politique grecque sont des sujets de discussion quotidiens dans son salon de coiffure.

En janvier, elle a voté Syriza comme 36 % de la population grecque. Pour deux raisons : « Je suis de gauche et je veux une solution pour les travailleurs, les pensionnés, les plus pauvres. Syriza était le parti qui pouvait obtenir ça. D’autre part, Syriza incarne la nouveauté, face aux partis politiques traditionnels (PASOK et Nouvelle Démocratie). Qu’ils s’en aillent ! »

En revanche, elle veut voter « oui » au référendum : « Á la question de savoir si je veux rester dans l’euro, moi je dis oui. Les Grecs appartiennent à l’Europe, on doit rester dans l’UE et dans l’euro. Je ne veux pas qu’on soit appauvris comme d’autres pays des Balkans ». Nous lui répondons que le référendum ne porte pas là-dessus. « Il pose la question des mesures d’austérité que la Troïka veut imposer à la Grèce. » Et Anastasia de répondre : « Vous êtes sûrs ? Parce que à la télé, c’est pas ça qu’ils disent… »

Les médias privés, aux mains des oligarques grecs, font massivement campagne pour le "oui" au référendum...

La « blitzkrieg » de la droite

Anastasia n’est qu’un exemple parmi les nombreuses personnes que nous avons rencontrées qui nous disent que le référendum porte sur la sortie ou non de la zone euro de la Grèce. L’influence que les médias privés, aux mains des oligarques grecs, ont sur l’opinion publique est très forte. Un passant intervient : « Les chaines de télé privées ? C’est que des mensonges ! Les regarder, ça m’énerve, ça me donne envie de casser ma télé. Mais bon, ca coute cher de faire ça. Donc je ne les regarde plus. »

Les pressions sur les Grecs pour qu’ils votent « oui » sont effectivement importantes. Nous avons rencontré Dikaios Psikakos, reponsable de l’ONG Solidarity4All. « Dès l’annonce du référendum, vendredi, la droite a entamé une “Blitzkrieg”, une guerre éclair. Très vite, la campagne du “nai” (“oui”) a été lancée. Deux personnes ont été mises en avant : les maires d’Athènes et Thessalonique. Ces maires sont soutenus par les partis traditionnels (PASOK, social-démocrate et Nouvelle démocratie (ND), droite conservatrice, NdlR), mais ne sont pas considérés comme très à droite, comme peut l’être Samaras par exemple (ND, ancien Premier ministre, NdlR). Par exemple, Georges Kaminis, le maire d’Athènes, est considéré par certains comme “progressiste” car il a autorisé la première “Gay pride” ici. Mais c’est vraiment un maire néolibéral. Ca participe à semer la confusion. »

Dikaios Psikakis, reponsable de l’ONG Solidarity4All (à droite) : « Dès l’annonce du référendum, vendredi, la droite a entamé une “Blitzkrieg”, une guerre éclair. »

Même si la question du référendum ne porte pas sur la sortie de la Grèce de la zone Euro, c’est ce que martellent les médias privés. Comme Dikaios Psikakos nous l’explique : « Beaucoup de gens sont attachés à l’euro. L’idée de la droite de poser le cadre du référendum comme étant “pour ou contre l’UE” permet même de rallier au “oui” des électeurs de Syriza. Mais ce n’est pas la question qui est posée ! »

Un « bankrun » créé par les médias et l’élite économique

La « Blitzkrieg » ne s’est pas limitée à la question du sujet du référendum. Cela concerne aussi la banque. Dès le début du week-end, les médias privés ont réalisé des reportages sur des personnes qui attendaient devant les banques. Dikaios explique : « Au début, il n’y avait pas de risque de “Bankrun” (ruée massive vers les banques pour prendre tout ce que les clients ont sur leur compte en banque, NdlR). Mais après un matraquage de deux jours, amplifié par les médias étrangers, la peur a commencé à s’installer chez certaines personnes. Le gouvernement a donc du décréter un contrôle des capitaux. Mais la conséquence de cela, c’est que certaines personnes se fâchent sur le gouvernement. Et c’était le but des défenseur du “oui”. Or, ce sont les médias, sous le contrôle des oligarques, qui sont responsables de ce contrôle des capitaux. Ils ont créé eux-même une panique qui n’existait pas. »

Et cette pression est visible. Devant chaque distributeur de billets que nous avons vu, il y avait une caméra de télévision. Une manière de continuer à insuffler la peur.

"Oui" en grec. La campagne de la droite pour le "oui" au référendum a été lancée très vite, et avec d'énormes moyens financiers.

Un monstre à plusieurs têtes

Dans la mythologie grecque, Hercule doit se battre contre l’Hydre de Lerne, un monstre à plusieurs têtes qui exhale du poison. La campagne du « oui », de la soumission à l’Europe du Capital, y ressemble. Un monstre à plusieurs têtes insufflant un poison mortel pour la population : l’austérité.

Nous avons vu le rôle important des médias privés, qui défendent les intérêts des oligarques grecs qui les contrôlent et qui veulent la victoire du « oui ». Le patronat grec se range aussi du côté du « oui ». Certains patrons menacent de ne pas payer les salaires avant lundi. Comme l’a écrit le quotidien français l’Humanité : « Tous les coups semblent permis pour installer la peur, manipuler le scrutin et dissuader les Grecs de voter “non”. (…) Les syndicats et l’inspection du travail ont enregistré, ces dernières heures, des centaines de plaintes portant sur des menaces de licenciement en lien avec le référendum, méthode d’une violence inouïe pour des salariés hantés par la crainte du chômage et déjà terriblement fragilisés par la crise. Radio Kokkino, une antenne de gauche, rapporte même le cas d’une entreprise pharmaceutique dont la direction a contraint les salariés à constituer un cortège pour rejoindre, mercredi soir, la manifestation des partisans du “oui”, place Syntagma. »

"Non". Les partisans du "non" au référendum sont très actifs. L'enjeu est historique.

La classe dirigeante européenne n’est pas en reste. Les Merkel, Juncker et autres Schultz (Président social-démocrate du Parlement européen) prétendent vouloir laisser les Grecs décider. Dans les faits, ils font tous activement campagne pour le « oui ». Comme le disent des commentateurs grecs sur Twitter, « ils voudraient faire gagner le non qu’ils ne s’y prendraient pas autrement ».

Et les tentatives de déstabilisation à grande échelle ont lieu : la BCE a coupé les vivres depuis lundi, la peur est activement propagée. Martin Schulz appelle même, à mots cachés, à renverser le gouvernement grec : « De nouvelles élections seraient impératives si le peuple grec vote pour le programme de réformes et donc en faveur du maintien dans la zone euro et que Tsipras, de façon logique, démissionne », a-t-il déclaré dans une interview au quotidien financier Handelsblatt. « Ma confiance dans la volonté de négocier du gouvernement grec a atteint à l’heure actuelle un plus bas absolu », a-t-il ajouté.

Pour la victoire du non, envoyer un signal fort depuis Bruxelles

Ce “όχι” nécessite des marques de soutien. Les Grecs sont très attentifs à ce qu’il se passe ailleurs en Europe. On vous invite donc à venir massivement soutenir les Grecs, ce vendredi à 18h30 à la Gare centrale de Bruxelles. La Grèce doit voir que l’autre Bruxelles, pas celle du centre de l’aristocratie européenne, mais celle des gens du peuple est derrière elle pour dire « non »...

Raoul Hedebouw a interpellé ce jeudi le ministre des Finances belge, Johan Van Overtveldt (N-VA). Il a expliqué très clairement les enjeux du référendum de dimanche : « La question qui est posée aux Grecs aujourd’hui, c’est : “Voulez-vous continuer avec cette austérité qui va encore aggraver la crise économique ?” Je le dis et je l’espère, comme beaucoup de peuples en Europe, qu’une majorité de Grecs voteront “non”, voteront “όχι” dimanche, et il faudra prendre ses responsabilités. »

 

 

*prénom d’emprunt, elle « ne veut pas être mêlée à ça », par peur des pressions ?

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je suis pour une EUROPE sociale et pas pour cette Europe néo libérale ,qui écrase les peuples par tout les moyens ,qui leur a été donné en nous faisant croire il y a 65'ans que cela serait le bonheur des pays européens alors que c'était le commencement de leur malheur ,ayant prévus le libre échange ,les délocalisations et la mondiation la libre circulation etc etc qui a créer le chômage et la misère pour les prolétaires de l'Europe en profitant ainsi de la concurrence avec des pays qui leur permettent de les faire travailler comme chez nous de 1900 à. 1936 sans horaire légale sans sécurité sociale et des salaires de 20c à 5€!de l'heure
Les enjeux sont considérables de part et d'autre. Le peuple grec est face à son devenir. De l'autre côté, c'est clair, la guerre est déclarée. Depuis l'élection du parti Syriza aucune règle des 3 grands partenaires européens n'entre dans le cadre de la démocratie. Ces règles sont bafouées. Toute la problématique est ce choix cornélien qui demande au peuple grec de choisir entre la peste et le choléra. Car de toute évidence, si le résultat du référendum est un oui, le peuple grec n'en finira pas pour autant avec l'austérité. Les mesures "elles" continueront de s'amonceler. Tout au mieux les 3 grands partenaires européens prolongerons la durée de remboursement de la dette (dette illégitime). Mais, sachant le pays au bord de banqueroute, le relèvement de la Grèce se fera à l'infini. Autrement dit une voie sans issue. Par contre si le pays sort de l'eurozone malgré toutes les difficultés et la pauvreté que continuera de vivre le pays, ses chances de sortir de cette crise et de relever son économie sont de loin supérieures. Car bénéficiant d'une monnaie dévaluée elle pourra redynamiser le secteur touristique, les investissements étrangers se feront plus nombreux. Et même si c'est sur le long terme il y aura une issue. Comme je le disais un choix cornélien.
Bonjour, j'aimerais réagir à l'article ci dessus........je ne l'ai pas lu en entier, je n'ai pas pu! Je me doutais bien que cette chose allait arriver. Je suis une habituée du Maroc où j'y ai beaucoup d'amis, surtout berbères ; la dernière fois que j'y suis allée, avec les copains, on parlait politique.. et ils n'arrêtaient pas de se plaindre du parti au pouvoir et sur le ton de la rigolade, je leur ai demandé s'ils avaient voté pour eux. Ils m'ont tous dit : oui! Alors j'ai dit qu'il fallait réfléchir avant ...ect et la conversation a continué. Lorsque nous nous sommes dit bonsoir, un ami que je connais depuis longtemps et avec qui je peux parler de tout m'a fait cette confidence : "on a voté pour eux parce qu'ils nous ont donné de l'argent...tu comprends, on est pauvre, j'ai pu mettre ma fille à l'université" Encore maintenant j'en ai des hauts le coeur! Et lire cet article me donne les mêmes hauts le coeur! Cordialement
Les Grecs en otage, isolés de tout pouvoir décisionnel cohérent pour leur avenir. Espérons que les manifestations de soutien se feront nombreuses en Belgique et dans l'Europe entière. Et que ces manifestations les encouragerons à refuser l'austérité et à rejeter la misère dans laquelle ils se trouvent.
Non a l'austérité européenne !!!