Photo Solidaire Lizz Printz

Ce que nous pouvons faire face aux canicules de plus en plus fréquentes

auteur: 

Jos D'Haese

Notre pays traverse une période de canicule, et ce genre de phénomène survient de plus en plus souvent et de manière plus intense. Que faire en cas de vague de chaleur ? Bien sûr, se rafraîchir, s'hydrater. Mais, de manière plus générale, il faut lutter contre le réchauffement climatique, à la base des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes.

Nous traversons officiellement une période de canicule. Et la fin de la chaleur et de la sécheresse n'est toujours pas en vue. Dans des villes comme Bruxelles, Liège ou Anvers, la chaleur est encore plus difficilement supportable : le béton et l'asphalte, qui chauffent très rapidement, augmentent encore la température ambiante. La canicule frappe d'ailleurs toute l'Europe et même les autres continents. En Grèce et en Suède, des  incendies de forêt particulièrement violents ont déjà réduit des centaines d'hectares d'arbres en cendres et ont fait de nombreuses victimes. Au Japon, des températures record ont été enregistrées et, à Tokyo, on se demande comment pouvoir rendre la ville vivable lors de ce phénomène de plus en plus fréquent.

Est-ce donc cela, le réchauffement de la planète ? En fait, cette canicule n'est pas directement causée par le changement climatique. En effet, les canicules ont toujours existé, bien avant que la Terre se réchauffe. Mais ce qui est nouveau depuis le réchauffement du climat, c'est la fréquence beaucoup plus grande de ce type de phénomène. Par exemple, depuis le début du 20e siècle, les Pays-Bas ont connu 26 canicules, mais plus de la moitié de celles-ci ont eu lieu au cours des trente dernières années. Le réchauffement entraîne en fait des vagues de chaleur de plus en plus fréquentes et de plus en plus fortes. Et les études scientifiques montrent que cette tendance va se poursuivre.

Le changement climatique augmente également la fréquence des sécheresses comme celle que nous traversons, et ces sécheresses font encore augmenter les températures – un sol humide rafraîchit en effet quelque peu l'atmosphère. Outre des périodes extrêmement chaudes, le réchauffement climatique cause également des tempêtes et des ouragans  de plus en plus violents (comme le typhon Haiyan et l'ouragan Harvey), la fonte de la banquise, la montée du niveau de la mer et la multiplication des pénuries d'eau potable. Le climat change, et on le voit et le ressent de plus en plus, également chez nous.

Il est donc vraiment urgent de prendre des mesures. Pour arriver à limiter le réchauffement de la Terre, il faut arrêter d'utiliser les combustibles fossiles, développer l'énergie renouvelable à grande échelle et produire d'une autre manière. Par ailleurs, il est nécessaire d'adapter très rapidement nos villes à des températures plus élevées et aux conditions météorologiques plus extrêmes.

Le rôle des grandes villes dans la lutte conter le réchauffement climatique

Dans la lutte contre le changement climatique, les villes jouent un rôle central. Près de trois quarts des émissions mondiales des gaz à effet de serre proviennent en effet des zones urbaines. Chez nous, les grandes villes peuvent donc œuvrer de manière significative dans cette lutte contre le réchauffement. Mais pour cela, il faut se fixer des objectifs plus ambitieux. Le PTB veut par exemple faire des grandes villes des villes neutre au plan climatique – c'est-à-dire qui n'émet plus de gaz à effet de serre – d'ici 2040, et a élaboré un plan de propositions à cet effet [bientôt en ligne].

Arriver à une ville neutre au plan climatique exige que l'on agisse sur trois terrains. En premier lieu, il faut que la grande industrie passe à l'énergie verte. Et les usines qui, aujourd'hui, émettent énormément de CO2 et accélèrent par là le changement climatique peuvent justement offrir une solution pour faire diminuer drastiquement les émissions de carbone. Au lieu de rejeter dans l'air ou dans l'eau la chaleur qu'elles produisent, il est techniquement tout à fait possible de récupérer et de stocker celle-ci. Cette chaleur peut ensuite être utilisée par exemple pour chauffer les habitations, ce qui offre une alternative aux chaudières au gaz ou au mazout.

Ensuite, on peut produire bien davantage d'énergie par éoliennes et panneaux solaires. Pour accélérer cette transition, le PTB propose de créer une entreprise d'énergie publique. Non seulement cela boostera les investissements dans l'énergie renouvelable, mais cela permettra de lancer la rénovation énergétique à grande échelle des habitations qui, dans notre pays, ne sont plus du tout adaptées dans ce domaine.

Enfin, plusieurs autres mesures sont nécessaires pour adapter les villes au changement du climat. Les canicules continueront en effet à se produire et nous devons aménager nos villes à cet effet. Il faut par exemple créer davantage d'espaces verts et de pièces d'eau, qui jouent une fonction importante dans le rafraîchissement de la température.

 

 

 

Étiquettes