Photo Solidaire

Décret expropriation : les promesses d'avant et la réalité d'après

auteur: 

Damien Robert

Le PTB regrette fortement que le décret « expropriation » ne soit pas adopté par le Gouvernement de la Région wallonne.

Dans la déclaration de politique gouvernementale régionale adoptée par le PS et le CDH, le décret « expropriation » est passé aux oubliettes. Ce décret devait permettre aux pouvoirs publics d'obliger les entreprises qui fermaient à céder leurs outils à des repreneurs. Et, à défaut, de les exproprier.

Frédéric Gillot, député régional PTB et ancien sidérurgiste, réagit : « dès l'annonce des fermetures en sidérurgie, le PTB, avec les organisations syndicales, a plaidé pour exproprier Mittal et relancer une sidérurgie publique. Nous avions dénoncé l'immobilisme politique et appelé les pouvoirs politiques à prendre leurs responsabilités en expropriant Mittal pour cause d'utilité publique. »

En réponse, le ministre Marcourt avait lancé l'idée de son décret « expropriation ».

Lorsque le ministre Marcourt avait annoncé la mise en place de ce décret, le PTB s'était réjoui et avait directement plaidé pour légiférer rapidement et pour l'appliquer directement à la situation de la sidérurgie liégeoise. Aujourd'hui, quelque cinq mois après les élections, le constat est là : la promesse est non tenue. Une fois de plus.

Pour Frédéric Gillot, la pilule est amère. « Comme beaucoup de sidérurgistes, nous sommes déçus. Avant la campagne électorale, le PS a promis une reprise de la cokerie et la mise sur pied de ce décret « expropriation ».  Après la campagne, la cokerie a été fermée et maintenant, on nous annonce que le décret ne verra jamais le jour.

Et le député PTB de constater : « Hélas, il n'y a pas que le MR qui fait des promesses avant les élections et qui fait tout son contraire après. » 

Ajouter un commentaire