Photo Belga

Deuxième coup en douce de Peeters : il veut bétonner le blocage de nos salaires

Le ministre de l’Emploi Peeters aime apparemment profiter de l’été pour lancer des réformes. Après celle de la semaine de travail de 38 heures dévoilée il y a quelques jours, Kris Peeters veut maintenant chipoter dans la loi qui régit nos salaires : ils resteront bloqués les prochaines années.

Le ministre de l’Emploi Kris Peeters vient de sortir un avant-projet de loi pour modifier la « loi salariale ». Cette modification a pour but de grossir artificiellement ce qu’on appelle « l’écart salarial » avec les pays voisins (ou handicap salarial, selon le langage patronal) afin de continuer à bloquer les salaires dans les prochaines années. Explications.

La loi salariale, c’est quoi ?

La loi salariale – parfois appelée loi de 1996 – a pour but que les salaires belges n’augmentent pas plus vite que les salaires de nos pays voisins (Pays-Bas, France et Allemagne). Depuis 1996, tous les deux ans, le Conseil central de l’Économie (CCE) compare la différence entre l’évolution des salaires en Belgique avec celui des salaires dans ces pays voisins de référence. Cette différence est appelée « l’écart salarial ». Sur base de la mesure de cet écart, patrons et syndicats négocient les augmentations de salaires. Elles ne peuvent pas être supérieures à la moyenne des augmentations dans les pays voisins.

Chipoter dans le calcul de l’écart salarial

L’année passée, le gouvernement a introduit un saut d’index. Il aussi poursuivi sa politique de quasi-blocage des salaires. Et en plus, il a mis en œuvre son fameux tax-shift, constitué en grande partie de cadeaux pour les entreprises.1 Ces mesures ont fait baisser considérablement les coûts salariaux en Belgique.

Dans le dernier rapport de la Banque nationale2, on peut lire que « le handicap salarial en termes de coûts horaires est retombé de 4,1% en 2013 à 2,9% en 2014, puis à 1,5% en 2015 ». Et que « le handicap disparaît dès 2016 ». Mais le gouvernement veut coûte que coûte continuer à bloquer les salaires et éviter qu’il y ait une marge salariale.

Le projet du gouvernement est de changer le mode de calcul de la marge salariale maximale disponible. Pour calculer l’écart salarial, on ne tiendrait plus compte de l’ensemble des cadeaux (subventions salariales, réduction de cotisations sociales patronales) reçus par les patrons à partir de 2017. Les entreprises vont recevoir des centaines de millions de cadeaux en 2017 et 2018. Concrètement, sur votre fiche de paie, il est inscrit un montant, mais les employeurs reçoivent des subventions pour chaque fiche de paie et, donc, au final, ils vous paient moins (ce qui n’est pas inscrit sur votre fiche de paie). De tels nouveaux avantages ne seront plus repris par le CCE dans le calcul des coûts salariaux en Belgique.

De cette manière, on maintient artificiellement un écart salarial qui permet alors de justifier que les salaires ne peuvent pas augmenter. Le gouvernement met donc en place un mécanisme qui fait évoluer les salaires belges toujours moins vite que ses pays voisins.

La Belgique, championne des subventions aux salaires
Le rapport technique du CCE – qui compare les salaires de la Belgique avec ceux de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas – se base uniquement sur les salaires bruts. Il ne prend pas en compte les subventions aux entreprises ni de la productivité. Or, dans notre pays, le pourcentage de subventions aux entreprises est bien plus élevé que chez nos voisins3; il s'agit de plus de 4% de la masse salariale totale dans le secteur privé. Selon un groupe d'experts, « il n'existe rien de tel dans nos pays voisins, qu'il s'agisse de subventions pour les heures supplémentaires, pour le travail en équipes ou pour le travail de nuit ».4   

 

Eliminer le « handicap salarial » ?
Le rapport de la Banque nationale prévoit que, pour 2016, il n'y aura plus aucune différence avec les pays voisins. Mais, pour le calcul de la norme salariale 2017-18, le projet de loi veut prendre en compte « l’éventuel handicap salarial effectif, cumulé depuis 1996 ». Cela laisse supposer que le « handicap salarial » par rapport à 96 sera établi d'une autre manière.5

Des sanctions alourdies pour les entreprises qui accorderaient des augmentations de salaires

Le gouvernement limite les augmentations de salaires mais, en plus de cela, il renforce les sanctions contre les entreprises dans lesquelles les travailleurs auraient trouvé un accord pour de meilleures rémunérations. Pour faire en sorte que les entreprises ne puissent pas s'écarter de la loi, le contrôle sera renforcé et les sanctions, alourdies. Ainsi, l’amende, auparavant de maximum 5 000 euros, elle pourra désormais monter jusqu’à 500 000 euros.6

Les travailleurs paient deux fois

Les mesures du gouvernement contre le pouvoir d’achat font payer les travailleurs deux fois. Une première fois, parce que les salaires sont bloqués pour des années. Et les salaires indirects, les cotisations sociales, sont également vidés de leur substance par le tax-shift et les nombreux cadeaux fiscaux dont bénéficient les entreprises.

Et une deuxième fois, parce que tous ces cadeaux ne seront à l'avenir plus pris en compte dans les calculs. Non seulement les subventions salariales, mais aussi les cotisations sociales diminuées qui à partir de 2017 seront accordées ne pourront plus être converties en augmentations de salaire. Ce qui est tout sauf logique.

La Belgique met ainsi la pression sur les salaires dans nos pays voisins. En fait, elle organise un dumping salarial. Au lieu d’opter pour une Europe de la solidarité, elle opte pour une Europe de la concurrence.

Nos salaires sont-ils vraiment trop élevés ? 
Les calculs tiennent uniquement compte des salaires bruts et pas des subventions salariales. Mais la différence des dernières années était uniquement par rapport à l'Allemagne. Aux Pays-Bas et en France, cela fait des années que les salaires sont plus élevés qu’en Belgique ! Et, depuis 2013, nos salaires augmentent moins vite qu’en Allemagne, aux Pays-Bas et en France. L’Allemagne pèse pour plus de la moitié dans le calcul de la norme salariale.7 En effet, au début des années 2000, l’Allemagne a entamé une politique très agressive de bas salaires. Surtout par les jobs à un euro dans le secteur des services, les mini-jobs et les emplois intérimaires.

 

Le pouvoir d’achat est l’oxygène de l’économie 
Patrons et gouvernement martèlent en permanence que notre économie est menacée par un grand danger : le coût salarial. L'argument : « Si nous ne réduisons pas nos salaires, nos entreprises ne pourront pas rester compétitives et finiront par devoir déménager. » Il ne faut pourtant pas être un prix Nobel d’Économie pour comprendre que cette logique de pression sur les salaires est une logique qui mène en droite ligne à la récession. Moins de salaire signifie évidemment moins de pouvoir d’achat. Moins de pouvoir d’achat signifie moins de production. Moins de production signifie moins d’emplois. Moins d’emplois signifie moins de pouvoir d’achat. Et ainsi de suite. C’est une logique de récession qui est à l’œuvre dans de nombreux pays européens et qui n’offre absolument aucune solution à la crise économique. Si le mouvement des travailleurs ne parvient pas à organiser la résistance, nous serons inévitablement pris dans la spirale infernale dans laquelle les gouvernements des pays européens veulent nous pousser.

 

1. Le tax shift a diminué les cotisations à la sécurité sociale pour les entreprises de 32,4 à 25%.

2. Rapport BNB page 103.

3. CCE 2019-16-519 page 18 : "Dans les pays voisins, sur la période 1996-2011, il apparaît que l'évolution des taux de subventionnement est nettement supérieure en Belgique que dans les pays voisins. En Allemagne et en France, ces taux sont en diminution sur cette même période."

4. Rapport du groupe d'experts "Compétitivité et Emploi" au gouvernement : "Coûts salariaux, subventions salariales, productivité du travail et efforts de formation des entreprises", juillet 2013

5. La loi modifiée stipule que c'est le conseil des ministres qui précisera la définition de "subventions salariales" en Belgique et pour les pays de référence afin de déterminer le handicap salarial effectif.

6. Dans un nouvel article 7, une amende administrative peut être imposée, amende allant de 250 à 5000 euros multipliés par le nombre de travailleurs, avec un maximum de 100.

7. Dans l'indicateur salarial des pays de référence, le CCE détermine le "poids" de chaque pays de référence. En 2013, pour l'Allemagne, c'était 50,3%.

 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Le pouvoir d’achat est l’oxygène de l’économie. C'est limpide mais le gouvernement ne l'entend pas de cette oreille. Il me semble qu'ils ont fait des études, qu'ils sont super intelligent, qu'ils ont une bonne vision de l'économie, qu'ils sont entourés d'expert......et bien NON. Ce gouvernement fait absolument tout à l'inverse de ce qui devrait être fait.... comment est-ce possible ? A quoi pensent-ils ? Votre analyse est logique, cela coule de source mais pas pour l'élite.
C'est une manœuvre de dumping salarial ! Ce qui, si mes infos ont été bien comprises, est complètement illégal. Mais, je ne suis sûre de rien dans ce que j'avance et pourtant cet article l'évoque et l'explique.
Poussé par la FEB... Alors que Kris Peter tente d'équilibrer les bienfaits et nuisances de la loi sur la flexibilité par un assouplissement de celle -ci en faveur des travailleurs ( voir article sur rtl info ce jour), le président de la FEB s'insurge. Les patrons veulent tout : blocage des salaires + contrat de travail - les 2 à durée indéterminée, avec en prime prestations d'heures à l'infini... et on supprime congés, pécules, droits de maladies, ... parie qu'ils vont osés ! Continuez Messieurs à dérégulariser le monde du travail. A tout vouloir et ne plus rien donner, vous nous dégoûtez de plus en plus à exercer notre profession avec passion et avec serieux. Vous n'avez même plus de respect ni de reconnaissance pour le travail (bien) accompli car vous risqueriez l'étouffement en prononçant le mot "merci". Seuls le rendement et l'argent que cela vous rapporte sont devenus priorité absolue. Vous semblez toujours oublier chers patrons que sans les ouvriers, employés, indépendants (franchisés ou non) vous n'êtes (plus) rien ! Car c'est nous que détenons la richesse et qui faisons votre richesse. Dès lors, continuez à couper la branche sur laquelle vous êtes "encore" si confortablement assis car au rythme à laquelle vous donnez des coups de scie (vos exigences antisociales, inhumaines et contre productives)... et gare à la chute !
Peuple belge il faut se réveiller cela ne pas durer sortez de vos charentaises , pensez à l'avenir de vos enfants et petits enfants , ne leurs laissez pas simplement des dettes
Ce Peeters, on le classé au "centre gauche" ! (?) . Le CD&V est tout aussi à droite que le VLD et la N-VA !!! :(
de toute facons les belge non q une chose a faire ses de la fermer et ses gens qui nous gouverne sont aussi minable que nous eu vivent comme des gros riches se foutes royalment des petits ses une facons de se faire manipuler et de devoir payer toutes leurs fantesie et le luxe des ministres faut virer se gouvernement
Et si on diminuait également les salaires des ministres. On pourrait également réduire le nombre de ministres car entre le fédéral et le régional, il y a un bon paquet d'incompétents au pouvoir et certainement que là aussi nous battons les autres pays européens, il y a de sérieuses économies à faire. Ont-ils besoins également de voitures de fonction aussi prestigieuses, un véritable show room pour les nouveautés de BMW et de Audi, ne peuvent-ils pas rouler dans des voitures plus économiques, ne sont-ils pas concernés pas les taxes CO2 et autres...ces cons...
Contre le blocage des salaires
c est imbécile de chris peters ne sais pas quand france pour les impots il paie 1 mois de salaire et quand belgique on nous retiens 5 mois et demi sur un ans et qu il ne dise pas que ce n est pas vrai car je travaille avec des française et paie leur impots en france pk n oblige t il pas les entreprise a nous donner des chéques repas a la place ou je travaille 2 y on droit le directeur et le chef des ouvrier et moi qui fait 25 ans que je suis là je n y aie pas droit vous trouver sa logique pas moi
Ce ministre kris Peeters veux montrer qu'il à dû cœur et qu'il défend les travailleurs , mais ils n'en n'est rien ! Ils ne vaut pas mieux que les autres, est défend avant tout sa place et les multinationales capitaliste !!! Tous dans le même panier c'est chacals !!
Les Belges à la 2ème place européenne des salariés les plus taxés RTL info - mercredi 27 juillet 2016 Le tax shift mis en place par le gouvernement Michel a réduit le taux d'imposition réel des travailleurs belges de 59,47 à 56,90%, accélérant de neuf jours l'avènement de leur libération fiscale, fixé cette année au 27 juillet, indique mercredi le bureau EY sur base de l'étude annuelle de l'institut économique Molinari. Conséquence directe, après cinq années consécutives en tant que pays d'Europe aux salariés les plus taxés, la Belgique passe aujourd'hui le relais à la France, où le jour de libération fiscale du 29 juillet reste inchangé par rapport à l'an dernier, précise EY. En comparaison, le jour de libération fiscale - c'est-à-dire le jour où un salarié cesse théoriquement de verser des impôts à l'État et commence à disposer de ses revenus - est fixé au 29 mars à Chypre, au 30 avril en Irlande, au 9 mai au Royaume-Uni, au 1er juin au Danemark, au 4 juin au Luxembourg, au 20 juin aux Pays-Bas, au 22 juin en Suède, au 2 juillet en Italie et au 11 juillet en Allemagne. "La Belgique est à présent le deuxième pays où la fiscalité sur la main-d'œuvre est la plus élevée au sein de l'Union européenne. Un employeur y dépense en effet 2,16 euros pour que le salarié moyen puisse percevoir 1 euro après imposition (HTVA sur le salaire net). En 2015, ce montant s'élevait à 2,30 euros", poursuit EY qui souligne également que si les Belges sont désormais les deuxièmes salariés les plus chers de l'UE, ils n'atteignent que la 9e place en termes de revenus nets. Pourquoi n'a-t-on pas un meilleur service public en retour? "Le tax shift est un pas dans la bonne direction, mais les Belges travaillent encore cinq semaines de plus que les Suédois pour payer leurs impôts. Les salariés belges hautement productifs sont toujours les deuxièmes plus chers d'Europe à l'embauche et leurs salaires remplissent plus les caisses de l'État que ceux de n'importe quel autre ressortissant européen", résume James Rogers, l'un des auteurs de l'étude. "Les travailleurs belges paient plus pour leur gouvernement que tous les autres européens. On est en droit de se demander pourquoi ils ne reçoivent pas les meilleures écoles, les meilleurs soins de santé et les meilleures pensions en retour", ajoute-t-il.
Tout simplement parce qu'ils ce servent d'abord ( les politiciens) , est puis pour le peuple ON vas y réfléchir, si ils restent dès miettes !!!