Photo Solidair, Salim Hellalet

Europe: soutenons les travailleurs au lieu d'aider Caterpillar à démanteler l'outil industriel (Communiqué commun PTB, Sinn Féin et PCF)

auteur: 

Webteam PTB

Caterpillar s'apprête à organiser un bain de sang social de l'Irlande à la Belgique. C'est une énième conséquence de la toute liberté octroyée aux multinationales par cette Europe de la concurrence. Nous soutenons les travailleurs dans leur lutte pour l'emploi et appelons les gouvernements concernés l'UE à prendre leurs responsabilités.

Caterpillar veut détruire 250 emplois à l'usine Monkstown, Newtownabbey au nord de  l’Irlande. En Belgique 2200 familles sont directement concernées par la fermeture de l'usine de Gosselies (Charleroi). S'y ajoutent 5000 travailleurs des entreprises sous-traitantes. À Grenoble, où une partie de la production devrait être transférée, beaucoup de travailleurs craignent que leur site ne soit le prochain sur la liste.

Pour nous, cette destruction d'emploi n’est pas due à un coût du travail trop élevé, comme le prétend la direction, mais au coût du capital : bénéfices du groupe Caterpillar, dividendes versés aux actionnaires, intérêts versés aux banques et aux créanciers, ainsi qu'aux politiques d'austérité conduites en Europe qui réduisent la demande des opérateurs privés et publics. Ces délocalisations au sein même de l'Union européenne encouragent une spirale sociale vers le bas. Elles sont incompatibles avec toute politique industrielle efficace, de cohésion, et de développement.

Le 16 septembre prochain, les travailleurs de Caterpillar et de ses sous-traitants défileront dans les rues de Charleroi pour dire non à la fermeture et oui à la défense de l'emploi. Ils seront rejoints par des travailleurs venus de tout le pays. Une délégation de Caterpillar Grenoble sera également présente en solidarité, pour défendre l'intérêt commun des travailleurs européens.

Où sont les pouvoirs publics face à cette multinationale? Le choix aujourd'hui est simple: est-ce que des actionnaires et millionnaires vont recevoir un peu moins ou est-ce qu'on va détruire un outil industriel performant et jeter dans le désarroi des milliers de familles ?

Il y a des coopérations à construire entre nos pays pour contrer les stratégies prédatrices des multinationales en Europe. Maintenir l'emploi serait tout à fait réalisable à condition que les gouvernements concernés interviennent. En lieu et place d'une politique de cadeaux et de démantèlement social, les travailleurs ont besoin de soutien dans le rapport de force qu'ils sont en train d'établir avec la multinationale américaine.

  • Nous pouvons organiser la répartition de la production entre les différents sites et baisser les dividendes des actionnaires.
  • Nous exigeons la transparence sur les transferts financiers des filiales européennes avec la maison mère aux États-Unis et avec les paradis fiscaux ;
  • Les aides potentielles octroyées par le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation ne peuvent pas servir à faciliter le départ du site. 
  • Concrètement, des sanctions, des menaces de saisies doivent être mises en place contre la multinationale si celle-ci persiste dans son plan de restructuration illégitime. 
  • Il convient également de vérifier si les licenciements ne constituent pas une violation de la Directive Transfert d'Entreprise (2001/23/CE). 
  • Nous dénonçons les politiques de démantèlement de l’industrie européenne et exigeons la création de politiques alternatives, en lien avec les représentants des travailleurs dans un objectif de réindustrialisation européenne et de  transition énergétique.

Partout en Europe mobilisons-nous pour lutter contre la mise en concurrence des travailleurs, pour que l’argent des entreprises, l’argent des banques et l’argent public serve à l’emploi et à la création de richesses au profit des populations ! Construisons une Europe des peuples et de la solidarité !

Ajouter un commentaire

Commentaires

L'union fait soi-disant la force ! Dans tous les cas, pas depuis que nous sommes intégrés dans cette "Europe". En unissant plusieurs pays, nous étions "censés" pourvoir constituer un grand marché économique défiant la concurrence, la puissance des autres pays, USA, Chine, Inde... Il faut bien se rendre à l'évidence, que ces "puissants" qui ont acquit par rachat ou implantation d'industries n'ont à présent aucun mal à démanteler notre économie en nous appauvrissant industriellement. Par de là, il gonfle au maximum cette même puissance. Les politiques de chaque pays ne peuvent être qu'impuissants face à l'épidémie des fermetures, délocalisations, licenciements. Infrastructures devenues trop petites, extensions trop coûteuses... tant ils ont donné sans conditions en contrepartie. Tous les prétextes vont y passer quant bien même il est flagrant et tangible que ces multinationales n'accusent aucun déficit ! "Notre Europe" est malade depuis longtemps... L'avenir nous dira si les Anglais ont eu tort de reprendre leur indépendance. Il serait en tout cas ingrat de la part des dirigeants européens de les rendre coupables de tous les maux. A présent, si les dirigeants européens continuent dans leur gestion faite de chimères et sautent à pieds joints dans le piège américain qu'est le TTIP et CETA, nous allons tout droit vers l'apocalypse. Ceci est mon ressenti