La nouvelle coalition de Groen, du PTB et du sp.a à Borgerhout, avec de gauche à droite : Luc Moerkerke (Groen), Ben Van Duppen (PTB), Stephanie Van Houtven (sp.a), Mariam El Osri (Groen), Marij Preneel (Groen) et Omar Al Jattari (Groen). (Photo Solidaire, Karina Brys)

Groen, le PTB et le sp.a présentent une nouvelle coalition progressiste pour Borgerhout

Avec Groen et le sp.a, le PTB va à nouveau diriger pendant six ans le district anversois de Borgerhout. Ben Van Duppen devient échevin de la lutte contre la pauvreté, de la diversité, des seniors et du développement communautaire dans un collège qui veut continuer à développer les espaces verts, à renforcer la vie associative et offrir des activités sportives et culturelles accessibles à tous.

Nous avons rencontré Ben Van Duppen, qui prendra ses fonctions d'échevin en janvier, et Jos D’Haese, tête de liste du PTB à Borgerhout lors des dernières élections communales. « Nous sommes très heureux de pouvoir, avec les gens et les associations de Borgerhout, continuer à travailler à l'amélioration de notre district, se réjouit Ben Van Duppen. Nos moyens sont limités mais, ces six dernières années, nous avons déjà montré que nous pouvions faire une différence et nous voulons poursuivre dans cette voie. »

Félicitations, Ben Van Duppen ! Pouvez-vous brièvement vous présenter ?

Ben Van Duppen. Merci. J'ai grandi dans le quartier du parc Te Boelaer à Borgerhout, en fait plus dans le parc lui-même (rires), et j'habite aujourd'hui avec mon compagnon dans la Borsbeekstraat, qui est une des rues les plus polluées de l'agglomération anversoise, mais qui est aussi et surtout un quartier très chaleureux. Je suis chercheur, et j'enseigne la physique quantique à l'Université d'Anvers. Mais je vais désormais bien sûr réduire mon nombre d'heures de cours. Et depuis peu, je suis percussionniste dans notre fanfare locale, ‘t Akkoord.

Comment un physicien arrive-t-il dans la politique ?

Ben Van Duppen. L'envie de changer le monde, c'est de famille. J'ai eu beaucoup de discussions avec mes parents à la table de la cuisine, mais j'ai suivi ma propre voie. Je me suis d'abord engagé dans le mouvement des étudiants de physique à l'Université d'Anvers et j'ai participé au développement des Pionniers (le mouvement de jeunesse du PTB, NdlR) pour faire de celui-ci un vrai mouvement de jeunesse national et bilingue. Depuis quelques années, j'ai aussi rejoint Mix, le mouvement de défense des droits des LGBT+ de notre parti.

Et maintenant, à 29 ans, vous devenez échevin d'un district de 46 000 habitants.

Ben Van Duppen. C'est avant tout la conséquence du bon résultat de notre parti. Aux élections communales, nous avons obtenu près de 16 % des voix. Nous sommes en pleine croissance, avec beaucoup de jeunes et nouvelles personnes qui veulent agir. Mais le fait que nous puissions reconduire la coalition progressiste est bien sûr dû aux très bon résultats aussi obtenus par nos partenaires, Groen et le sp.a. Ensemble, nous avons eu plus de 60 % des voix à Borgerhout, ce qui nous donne 16 sièges sur les 25 du conseil de district. Avec un tel résultat, il est donc logique de poursuivre ensemble.

Jos D'Haese. Nous sommes aussi très heureux que Ben devienne notre nouvel échevin. Ce n'est pas évident pour quelqu'un qui est très pris par un post-doctorat en physique. Mais quand on connaît un peu Ben, on sait que les défis ne lui font pas peur. Il est dans la recherche scientifique de haut niveau, mais il arrive à expliquer des choses incroyablement compliquées de manière compréhensible pour tous. L'an dernier, cela lui a valu d'être couronné du prix PhD Cup, qui est décerné en Flandre à de jeunes chercheurs qui communiquent sur les matières scientifiques de manière claire et accessible. Avec Ben, nous avons quelqu'un qui, avec Groen et le sp.a, peut se concentrer sur Borgerhout pour encore y améliorer la qualité de vie.

Quelles sont les lignes de force de votre accord de majorité ?

Ben Van Duppen. Le titre de notre accord de majorité, « Ensemble, nous faisons Borgerhout », le résume bien. Borgerhout est un lieu où de nombreuses initiatives existent, où des associations sont très actives, où les comités de quartier organisent des fêtes de rue, où les jeunes et les plus âgés s'engagent. Nous voulons partir de cette force d'en bas pour diriger le district. Cela commence par l'accord de majorité lui-même. Celui-ci n'est actuellement qu'un projet. Dans les prochains mois, nous voulons faire une tournée dans Borgerhout pour présenter ce texte dans les quartiers et auprès des associations. Nous travaillerons sur le feedback obtenu pour arriver au printemps à un accord de majorité définitif. Nous referons cela après trois ans, pour rester au plus près de la réalité des habitants.

Jos D'Haese. Mais il y a bien sûr pas mal de bonnes propositions dans le projet (rires). Borgerhout est un des lieux les plus gris et les plus asphaltés de Belgique. C'est pourquoi nous voulons faire en sorte qu'il y ait au moins un arbre par ménage. Avec des groupes de quartier, nous voulons donner la possibilité aux habitants de déterminer eux-mêmes ce qui peut être amélioré dans leur quartier. Et nous continuons à œuvrer pour une offre accessible de sport et de culture, pour que tout le monde puisse y participer. Avec le PTB, nous avons établi un programme de huit pages spécifique pour Borgerhout [disponible en néerlandais ici] et nous sommes heureux de pouvoir en appliquer pas mal de propositions dans les prochaines six années.

Ben Van Duppen. Les ambitions sont hautes, parce que les besoins sont grands à Borgerhout. Les moyens que nous recevons actuellement de la Ville n'y suffisent pas. C'est pourquoi nous demandons, pas seulement pour nous mais pour tous les districts, que notre enveloppe soit augmentée. Avec le budget dont nous disposons aujourd'hui, nous pouvons juste réaménager deux rues par an, vous imaginez !

Jos D'Haese. Pour beaucoup de choses, nous avons aussi besoin de la coopération de la Ville. Il y a par exemple au Spoor Oost un gigantesque espace que nous aimerions pouvoir aménager en un vrai parc, juste à côté d'un des quartiers les plus densément peuplés de l'agglomération anversoise. Ce n'est pas dans nos compétences, mais nous allons tout faire pour que la Ville coopère pour rendre ce projet possible.

Être dans la majorité n'est pas une nouveauté pour le PTB à Borgerhout. Ces six dernières années, avez-vous pu faire une différence ?

Jos D'Haese. Avec nos partenaires de coalition, et avec nos moyens limités, nous avons quand même réussi à mener une tout autre politique que dans le reste de la ville, une politique à la mesure des gens. Pour ce qui est des jeunes par exemple, nous avons décidé de leur faire confiance au lieu de les considérer comme une origine de nuisances. Avec les organisations de jeunes qui sont actives ici, nous avons cherché des solutions pour améliorer l'ambiance sur les places. C'est ainsi qu'est né le projet des « PleinPatrons », des responsables de place, où l'on a proposé à des jeunes une formation d'animateur, et ils ont ensuite pu prendre la responsabilité des activités sur leur place. Cela a débouché sur une bien meilleure entente avec les autres riverains.

Ben Van Duppen. Ces six dernières années, Borgerhout a aussi été le seul district à mettre la question de la lutte contre la pauvreté dans les priorités. Nous avons instauré des projets comme la  distribution gratuite de soupe et de fruits dans les écoles afin que tous le enfants puissent manger des aliments sains. Et nous avons instauré la gratuité de activités pour la jeunesse pour que tous les enfants y aient accès.

Je pense qu'on peut affirmer que, ces dernières années, notre district a changé. On le constate quand on en parle ici avec les gens. Les habitants de Borgerhout sont vraiment fiers d'y vivre.

Vous avez dans vos compétences le budget, la lutte contre la pauvreté, la diversité, le développement communautaire, les seniors, les marchés et foires. Quelles sont vos priorités ?

Ben Van Duppen. Nous allons en premier lieu examiner ce que nous pouvons faire pour lutter encore davantage contre la pauvreté à Borgerhout. Il existe ici de nombreuses initiatives de lutte contre la pauvreté, tant professionnelles que bénévoles. Nous allons mettre des gens et des moyens pour rassembler ces initiatives et les renforcer. Un des objectifs est que chaque quartier dispose d'une maison de quartier où les gens peuvent s'adresser pour de l'aide ou des services.

Cette accessibilité est aussi le fil rouge de notre offre pour les seniors de notre district. Nous voulons arriver à toucher toutes les personnes âgées par une offre ouverte dans tous dans les quartiers.

Finalement, nous voulons valoriser le fait que nous sommes fiers de la diversité de notre district. Il n'y a nulle part ailleurs autant de gens d'origines aussi diverses. Comme le chante le notre célèbre rappeuse sexagénaire MC Lily, « Borgerhout, dat is de wereld, en daarop zen ik fier » (Borgerhout, c'est le monde, et de cela je suis fière).

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Si cette politique pouvait aussi se faire ailleurs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
il faut que les contribution arrête de voler les personnes . carre en 2017 j'ai toucher un supplément pensions de 25 euro or les contribution me réclame 300 euro en plus que l'année suivante . a se jours alors que j'ai déménager silence complet je peu vous le prouver