Photo Belga Image

Kazakhgate : le PTB veut combattre les liaisons dangereuses entre monde politique et monde des affaires des deux côtés des liens

Les nouvelles révélations sur le Kazakhgate sont accablantes : l’ancien président du Sénat Armand De Decker (MR) est bien intervenu auprès du ministre Stefaan De Clerck (CD&V) et du cabinet de la Justice pour tenter d’influer sur le sort judiciaire de son client, le milliardaire belgo-kazakh Chodiev, qui a bénéficié ensuite de l'élargissement aux grands fraudeurs de la loi sur la transaction pénale.

Ces révélations montrent notamment que, contrairement à ce qu'affirment les avocats de Chodiev, ceux-ci connaissaient la proposition d'élargissement de la transaction pénale et l'avaient intégrée dans leurs différentes stratégies pour éviter des conséquences judiciaires préjudiciables à leur client.

Pour le député fédéral PTB Marco Van Hees, « il ne faudrait pas que le MR se contente de faire sauter le fusible De Decker, comme il l'a fait suite à un autre dossier pour Serge Kubla – qui, étrangement, se trouve être le voisin de Chodiev à Waterloo. Tant dans l'affaire Chodiev que dans l'affaire Omega Diamonds, les deux transactions pénales le plus controversées, le monde politique est très largement impliqué, et pas seulement le MR. Il faut combattre ces liaisons dangereuses entre le monde politique et le monde des affaires des deux côtés des liens. En supprimant l'impunité pour les délinquants financiers. Et en assainissant les pratiques des politiques. »

Le PTB a déposé une proposition de loi pour rendre public le patrimoine des mandataires publics, comme cela existe en France (mais là-bas pour les seuls ministres). Un homme ou une femme politique doit être irréprochable. Il est donc normal qu'ils se soumettent à la publication de son patrimoine.

Le PTB va également déposer une autre proposition de loi pour supprimer ces élargissements de la transaction pénale dont l'initiative législative avait été prise deux jours après les visites d'Armand De Decker chez le ministre et au cabinet de la Justice, en février 2011.