En novembre dernier, une délégation de prépensionnés est venue assister aux débats sur la réforme des pensions au Parlement. (Photo Solidaire, Benjamin Pestieau)

Koen va perdre 141,30 euros de pension par mois : le PTB se rend au Conseil d'État

Koen, un ancien chauffeur de bus, a travaillé chaque jour durant 41 ans. Il va perdre 141,30 euros de pension par mois. Firmin et Jean-Marie sont ouvriers. Ils ont commencé à travailler, le premier à 16 ans, le second à 18. Ils ont travaillé 42 ans, jour après jour, mais vont désormais perdre plus de 200 euros de pension par mois, et ce, jusqu'à la fin de leurs jours. 

Koen, Firmin et Jean-Marie sont les visages de milliers de prépensionnés qui vont devoir supporter les conséquences d'un Arrêté royal (AR) du 29 décembre dernier.  Cet AR touche durement le montant de la pension de nombreux prépensionnés, et de façon injuste et illégale. Le gouvernement modifie les règles pendant le jeu. Le PTB avait déjà averti le gouvernement : nous ne laisserons pas passer cela. Aujourd'hui, le parti de gauche se rend au Conseil d'État. 

Le gouvernement modifie les règles pendant le jeu

Le gouvernement Michel a décidé que les années de prépension allaient moins entrer en ligne de compte, voire plus du tout, pour le calcul de la pension. Il en résulte que de très nombreuses personnes qui ont travaillé dur pendant des années, sont lourdement touchées. La perte se monte à plus de 100 euros par mois. Ceux qui se retrouvent en prépension subissent ainsi une perte considérable, alors que leur pension n'était déjà pas très élevée au départ. 

« Une mesure extrême qui suscite partout la colère », explique Kim De Witte, spécialiste des pensions du PTB. « La mesure vient par-dessus toute une série d'autres mesures qui restreignent le droit à la pension. Nous ne laisserons pas passer cela. Nous intentons un procès devant le Conseil d'État afin de défendre Koen et toutes les autres personnes concernées. »

« Le ministre des Pensions a prétendu à la Chambre que la perte pour les prépensionnés serait minime, qu'une perte de plus de 100 euros est essentiellement théorique. Eh bien, nous avons fait le calcul et nous prouvons aujourd'hui, à l'aide de chiffres concrets, que cette perte est importante, surtout pour les petites pensions qui sont déjà parmi les plus basses d'Europe », a ajouté Kim De Witte.

« La décision de limiter la pension des prépensionnés vient par-dessus le relèvement de l'âge de la pension à 67 ans et les restrictions accrues concernant la pension anticipée – trois femmes sur quatre n'arrivent pas au nouveau critère de carrière, fixé à 42 ans –, la suppression du bonus de pension, la suppression des ''carrières d'atterrissage'' et la liquidation des périodes assimilées concernant le crédit temps et l'interruption de carrière », déclare Kim De Witte.

« Le PTB va se présenter devant le Conseil d'État avec Koen, Firmin et Jean-Marie. Avec le soutien de plus de 22 000 personnes qui, avec nous, tirent la sonnette d'alarme via le site www.pastoucheanospensions.be. Et ce n'est encore qu'un début », conclut Kim De Witte. « Car, d'ici peu, nous voulons être plus de 50 000 à signer cet appel à défendre nos pensions. »