Photo Solidaire, Ruben Falkowic

« L'accord sur le climat était insuffisant, il est maintenant inexistant »

« L'accord sur le climat était déjà largement insuffisant, il est maintenant carrément inexistant, a dénoncé Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB, en sortant de la commission environnement du parlement fédéral discutant des engagements belges en matière de lutte contre le réchauffement climatique et l'accord torpillés par la N-VA. Cela fait 8 ans qu'il n'y a pas d'accord, on en annonce un et moins de 2 jours après cela se dégonfle. »

« C'est plus qu'inquiétant quand on voit l'urgence climatique actuelle. À un mois à peine du sommet international de Paris, comment la ministre Marghem (MR) peut-elle envisager de réaliser des objectifs ambitieux au niveau du climat alors qu'elle n'arrive même pas à réaliser un simple accord au sein de son gouvernement ? », a poursuivi Raoul Hedebouw.

« On voit aujourd'hui les régions se déchirer sur les montants qu'elles vont gagner avec le business de revente des droits d'émissions alors qu'il n'y a aucun objectif clair, ambitieux et contraignant fixé dans la lutte contre le réchauffement. On est où là ? », a demandé le député à la ministre Marghem. « C'est le signe d'une majorité incapable de répondre à l'urgence climatique actuelle, et malheureusement ce n'est pas vraiment étonnant. Ce gouvernement est presque aussi insensible à la question écologique qu'il n'est sensible aux intérêts des grandes multinationales comme Electrabel-GDF Suez. L'Agence Européenne pour l'Environnement vient d'ailleurs d'épingler la Belgique pour le non-respect des objectifs (déjà trop faibles) en matières de réduction des émissions, en dénonçant notamment la situation au niveau du transport (responsable d'au moins 18% des émissions). Pour rappel, le volet « politique climatique » dans l'accord de gouvernement compte à peine une page dans un texte de 230 pages. Et récemment Charles Michel a eu la merveilleuse idée pour diminuer les émissions d'avantager … l'essence plutôt que le Diesel. C'est tout dire » a déclaré le député qui a également exprimé son inquiétude quant à l'avancée des travaux préparatoires à la conférence internationale sur le climat de Paris 2015.

« Le CO2 ne s'arrête pas à la frontière, voir qu'on en fait une question communautaire en Belgique est grave » a enfin dénoncé Raoul Hedebouw. « Avec le PTB nous déposerons un plan pour une toute autre politique climatique tant au niveau national qu'international : une politique ambitieuse qui fait payer les vrais responsables de la destruction de la planète avec une large action publique et planifiée pour assurer une transition verte. Si on veut sauver la planète, il faut changer ce système et sortir le climat des mains du marché et des grandes entreprises pétrolières ou énergétique qui ne pensent qu'au profit. Une politique contraignante aussi avec sanctions prévues pour ceux qui ne la respectent pas. Et qui soit juste socialement : pas une politique de taxes et de fiscalités vertes en tout genre qui font reposer le poids de la politique climatique sur les travailleurs et leurs familles comme le proposent chaque fois la plupart des partis» conclut Raoul Hedebouw.

C'est pour défendre cette vision ambitieuse sur le climat et la justice sociale que le PTB participe à la mobilisation du Climate Express pour la grande marche pour le climat le 29 novembre à Paris et appelle y être nombreux.

Étiquettes

Ajouter un commentaire