Le désormais fameux Gang des Vieux en Colère a participé activement à la manifestation du 16 mai pour nos pensions. Et avec raison, comme le montre notre nouvelle étude. (Photo Solidaire, Sophie Lerouge)

L'écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins va jusqu'à 50 %

Une nouvelle étude du PTB montre que l’écart des pensions entre la Belgique et les pays voisins est considérable. L’écart avec les pensions néerlandaises, françaises, luxembourgeoises et autrichiennes s’élève entre 40 % et 50 %. Pour le PTB, cela confirme le bien-fondé des revendications portées par les 70 000 manifestants du 16 mai, ainsi que la nécessité d’augmenter le montant de la pension légale.

« Un travailleur qui a presté une carrière de 40 ans et a gagné la même chose en Belgique, en Autriche, en France, au Luxembourg et aux Pays-Bas touchera une pension 40 à 50 % plus élevée dans ces quatre autres pays », explique Kim De Witte, spécialiste pensions du PTB.

Nous constatons que l'écart des pensions entre la Belgique, la France, le Luxembourg et l'Autriche est resté aussi grand ces quatre dernières années.

La cause de cet écart n'est pas la durée des carrières, puisque nous comparons la situation de personnes qui ont travaillé pendant exactement la même durée. La cause réside dans la législation en matière de pensions légales, qui est bien moins avantageuse en Belgique.

Dans les années à venir, l'écart des pensions risque d'encore augmenter. En effet, selon une étude du Bureau du Plan, en Belgique, le montant de la pension légale lié au dernier salaire diminuera de 10 % pour les travailleurs masculins.

En revanche, l'écart des pensions avec l'Allemagne diminue. « Cette année, les pensions allemandes sont même passées sous le niveau des pensions belges, poursuit Kim De Witte. C'est dû à l'instauration en Allemagne de la pension à points, mesure décidée en 2002 et entrée entièrement en application l'an dernier. En Allemagne, la pauvreté augmente parmi les personnes âgées et de plus en plus de pensionnés doivent faire appel à la "Nothilfe", l'aide d'urgence. »

« Plusieurs enquêtes montrent pourtant que la majorité des Belges privilégient une bonne pension légale, avance Kim De Witte. Investir dans des pensions légales plus fortes est aussi la meilleure option : celles-ci sont moins chères, bien moins risquées et moins inégalitaires. Et elles sont aussi tout à fait payables, comme le prouvent l'Autriche, la France et le Luxembourg. »

« Par ailleurs, l’évolution négative des pensions en Allemagne devrait achever de nous convaincre de rejeter le système de la pension à points, continue Kim De Witte. Ce système nous ferait automatiquement travailler plus longtemps pour moins de pension. Le gouvernement voudrait encore arriver à un accord-cadre avant la fin de cette législature, mais le mouvement de défense des pensions peut encore l’en empêcher. »

Le PTB, qui a récolté plus de 30 000 signatures sur le site www.pastoucheanospensions.be, demande le retrait des projets de pension à points, le maintien des systèmes permettant de s’arrêter de travailler dès 58 ans (prépension, tantièmes préférentiels…) et une pension équivalent à 75 % du salaire (au lieu de 60 % actuellement) avec un minimum de 1500 euros.

« Le progrès social, c’est d’offrir une pension décente et la possibilité de profiter de plusieurs années en bonne santé après sa carrière, pas de nous faire travailler plus longtemps pour moins de pension. C’est une question de choix politique », conclut le spécialiste pensions du PTB.

Découvrez ici l'étude complète.
 

Ajoutez votre signature pour défendre nos pensions

 

Notre calcul :

Prenons un homme isolé, né le 1er janvier 1955, qui a commencé à travailler immédiatement après ses études le 1er janvier 1978 (à l'âge de 23 ans), avec un premier salaire annuel de 7 481,25 euros (300 000 francs belges) et une augmentation salariale moyenne de 5 % par an, avec un salaire final de 47 466,55 euros en 2017 (après 40 années prestées).

Quel droit à la pension cet homme s'est-il constitué en Belgique, en Allemagne, en Autriche, au Luxembourg, en France et aux Pays-Bas (montants mensuels bruts) ?

  • Allemagne : 1 195,27 euros par mois
  • Belgique : 1 225,61 euros par mois
  • France : 1 744,40 euros par mois
  • Luxembourg : 1 780,45 euros par mois
  • Pays-Bas : 1 823,33 euros par mois
  • Autriche : 1 889,19 euros par mois

Étiquettes