Le gouvernement se plie-t-il au lobby américain de la guerre ?

auteur: 

Marc Botenga

Dans une lettre ouverte, Denise Bauer, ambassadrice des États-Unis en Belgique, met la pression sur le gouvernement belge. Selon elle, la Belgique devrait investir plus dans l’armement. Ce qui revient à dire : « Pas d’argent pour vos pensions, mais pour nos avions. »

Le ministre belge de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), réagit plutôt positivement. Et pour cause…

Cette lettre ouverte arrive au moment où Steven Vandeput présente ses trois scénarios pour l’avenir de l’armée belge. Chacun de ces scénarios prévoit une augmentation du budget de la Défense. Pendant que notre gouvernement attaque les pensions, la N-VA et le MR veulent investir dans des avions de chasse. Mais le 7 octobre, des dizaines de milliers de Belges se mobilisent à Bruxelles contre cette politique.

Les Américains se disent « conscients de la situation budgétaire difficile » de la Belgique, mais Denise Bauer se comporte en fait en vendeuse de matériel militaire (américain). Le message est clair : « Économisez plutôt sur les pensions que sur les armes. » Pensez par exemple aux avions de chasse F-35 très chers que la Belgique devrait acheter auprès de la multinationale américaine Lockheed Martin. Cela coûterait six milliards au contribuable.

Ce qui justifierait ce genre d’achat serait, selon l’ambassadrice, « l’environnement en termes de sécurité ». En réalité, elle sait mieux que quiconque que les bombes américaines – et belges – sur, entre autres, l’Irak et la Libye sont en grande partie responsables du chaos et de l’insécurité au Moyen-Orient. La crise actuelle des réfugiés en est l’illustration dramatique. Après plus d’une décennie de guerre en Afghanistan, les Taliban ont cette semaine refait leur entrée à Kunduz (ville où l’armée belge a été active aussi). La guerre n’apporte pas la sécurité. « Sécurité » signifie « paix », un mot qui n’apparaît nulle part dans la lettre de l’ambassadrice Bauer.

Ce gouvernement s’est déjà à de multiples reprises montré comme étant le gouvernement des lobbys. Pensons aux cadeaux fiscaux pour les diamantaires. Pensons à sa soumission à Electrabel, ses centrales nucléaires et profits pharamineux. Le gouvernement Michel-De Wever se prépare-t-il à devenir le gouvernement du lobby américain de la guerre ?