Le PTB demande une solution humaine pour les réfugiés de Calais

auteur: 

Koen Hostyn

« La situation dans les camps de réfugiés de Calais et Dunkerque est indigne », c’est ce qu’a confirmé le Premier ministre Michel en réponse à question du PTB en commission parlementaire. Le PTB veut que le gouvernement français trouve une solution humaine pour les nombreux demandeurs d'asile qui sont entassés à Calais et à Dunkerque. 

Il y a au moins 6 000 réfugiés à Calais et 2 500 à Dunkerque. À Calais séjournent des personnes de plus de dix pays différents ; à Dunkerque, il s'agit surtout de Kurdes, dont de nombreux enfants. Les gens cohabitent dans des cabanes improvisées et des tentes réfectoires provisoires, avec seulement quelques points d'eau, pas d'électricité, pas de chauffage et sans murs solides. Vu le mauvais temps, la situation ne cesse d’empirer, et de graves et urgents problèmes de santé ont fait leur apparition dans les camps.

Un grand nombre de bénévoles et d'organisations humanitaires, notamment belges, se rendent régulièrement à Calais pour apporter des vivres et du secours et pour soutenir les gens dans leurs besoins de base. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), la responsabilité de la situation autour de Calais incombe aux gouvernements britannique et français. Pour beaucoup, l'Angleterre reste un bastion imprenable, ce qui fait que les réfugiés restent bloqués en France. Ils doivent se débrouiller sans l'aide des autorités françaises, avec comme conséquence les conditions indignes que l'on sait. 

Outre les conditions déplorables, la sécurité constitue elle aussi un important problème. La semaine dernière, plusieurs réfugiés syriens du camp de Calais ont été attaqués par des hommes masqués dans le centre ville. La police française se rend elle aussi coupable d'intimidations et même d'extorsions envers les demandeurs d'asile et les immigrés. C'est ce qu'affirme l'organisation des Droits de l'homme Human Rights Watch (HRW). Régulièrement, la police oblige les réfugiés à se déchausser. Des témoignages, collectés par HRW, parlent également de violence physique et d'attaques au gaz lacrymogène. Parmi ces témoignages, il y en a 19 qui mentionnent au moins une fois des mauvais traitements de la part de la police. 8 ont subi de ce fait des fractures et d'autres des blessures visibles. 21 affirment avoir été aspergés de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. 

Le PTB demande au gouvernement belge d'exercer des pressions sur la France pour qu'elle lance immédiatement une enquête sur les actes de violence à l'égard des réfugiés présents et qu'elle établisse des rapports sur le comportement répréhensible des forces de l'ordre. Ensuite, il est urgent de trouver une solution humaine pour les nombreux demandeurs d'asile qui s'entassent à Calais et Dunkerque.

Le Premier ministre Charles Michel a bien dû reconnaître que cette situation, qui se déroule juste de l'autre côté de la frontière belge, est de plus en plus catastrophique. Il a dit que les bourgmestres des communes belges avoisinantes ont déjà poussé des cris d'alarme. Selon Michel, la France fait bien trop peu pour remédier à la situation. Il a déjà adressé une lettre au Premier ministre français Manuel Valls et, la semaine prochaine, il l'interpellera de nouveau lors du Conseil des ministres européen.

Cependant, notre gouvernement n'en fait lui-même pas assez pour accueillir humainement les nombreux réfugiés de guerre. Ainsi, le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, Theo Francken (N-VA), laisse pendant des semaines entières des gens passer la nuit dans des tentes au parc Maximilien, en plein cœur de Bruxelles, avant de prévoir une alternative humaine.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Malheureusement le gouvernement français ne fait rien pour protéger ni aider à trouver une solution vivable pour les réfugiés de Calais et de Dunkerque, son prédécesseur ne s'en occupait pas non plus, mais par contre en matière de répression, d'aménagements en vue d’aggraver encore la situation des migrants de Calais, là il regorge d'idées et on trouve de l'argent pour créer un marais artificiel impossible à franchir, déployer des forces de l'ordre,etc. C'est pire de dire de le gouvernement français ne fait rien, il fait ! Et ce qu'il fait n'est sûrement pas à son honneur en matière de droits de l'homme. Certaines personnes sont là depuis déjà quelques années !