(Photo CSC Dinant-Namur)

Le PTB en solidarité auprès de 70 piquets de grève dans toute la province de Namur

(Photo Michael Verbauwhede)

Les militants du PTB, accompagnés du député fédéral hennuyer du PTB Marco Van Hees, sont allés soutenir les travailleurs et délégués aux différents piquets de la Région namuroise. « Dans une première tournée de solidarité, on constate que, dans la région namuroise, le mouvement est bien plus large que d'habitude », note Thierry Warmoes, président du PTB namurois.

« De toute évidence la grève est largement suivie. Surtout pour une province comme celle de Namur, où le tissu économique est composé essentiellement de petites et moyennes entreprises. La grève touche tous les secteurs : des carrières et de la production industrielle à l'enseignement, en passant par les administrations publiques, la prison, la poste, le non-marchand, le secteur bancaire et le commerce (Belgacom, Electrabel...). Sans oublier bien sûr le transport public (SNCB et TEC) qui est complètement à l'arrêt dans la province. Les barrages filtrants dans les zonings de Naninne, Seilles, Rhisnes et Créalys (les Isnes) sont un succès », constate Thierry Warmoes.

Les équipes du PTB ont sillonné les piquets tant dans le Namurois que dans la région d'Andenne, de Couvin et en Basse-Sambre. « Des échos recueillis par les militants du PTB, il est clair que le mouvement est encore dans une phase ascendante, indique le président du PTB namurois. Ainsi, dans plusieurs entreprises et secteurs (comme le commerce, la culture et le non-marchand), l’accent a été mis sur des actions de sensibilisation. Ces entreprises et secteurs seront également en grève le 15 décembre prochain. Nous avons rencontré également de nombreux enseignants, membres du personnel communal, provincial et de la Région wallonne, et d'autres entreprises. Aux piquets, nous avons constaté une grande unité du front commun syndical, ce qui est porteur pour l'avenir du mouvement. »

Il ressort des nombreuses rencontres des militants du PTB avec les grévistes une grande détermination. « Beaucoup de gens veulent poursuivre les actions si le gouvernement ne fait pas marche arrière », commente le député fédéral PTB Marco Van Hees, qui note que « les travailleurs refusent de travailler jusque 67 ans ou de voir des mécanismes de départ anticipé supprimés. Mais on sent également un rejet global des politiques d'austérité du gouvernement. »

La journée des militants du PTB est loin d'être terminée. Ils se rendront notamment au grand rassemblement du front commun du secteur public, prévu à 11 heures à la place Saint-Aubain, à Namur.