Photo : Han Soete

Le PTB soutient la campagne de la FGTB pour un salaire minimum de 14 euros de l’heure

Peter Mertens, président du PTB, était présent aujourd’hui à Anvers pour soutenir la campagne de la FGTB réclamant un salaire minimum de 14 euros de l’heure, soit 2300 euros bruts par mois. Le PTB fera de cette revendication un point clé de son programme électoral pour les élections de mai prochain.

« Trop de travailleurs sont mis sous pression pour des croûtes de pain. On pense par exemple aux postiers qui gagnent moins de 10 euros de l’heure, aux femmes de ménage, aux vendeuses de chez Lidl, aux travailleuses des titres-services, à de nombreux travailleurs de l’horeca…  Ils ont droit à 14 euros de l'heure. », explique Peter Mertens. 

Le PTB réclame plus de respect pour le travail fourni et les efforts consentis par les salariés et les salariées du pays, tant de la part des patrons que de la part du gouvernement. « Pour nous, il est évident qu’il y a urgence à prendre des mesures pour le pouvoir d’achat. Les travailleurs de ce pays doivent être justement rétribués pour leur travail. Ce sont quand même eux qui font marcher notre économie. Sans eux, il n’y aurait pas de richesse. », précise Peter Mertens.

La PTB soutiendra toutes les initiatives que les syndicats, les autres organisations de la société civile et les citoyens prendront dans les jours, semaines et mois à venir pour améliorer leur pouvoir d'achat. « Comme Bernie Sanders, le sénateur américain et ancien candidat démocrate à la présidence, qui soutient sur le terrain les luttes aux États-Unis pour un salaire minimum de 15 dollars de l’heure, nous serons aux côtés de ceux qui luttent pour les 14 euros », conclut Peter Mertens.

 

Ajouter un commentaire

Commentaires

C'est un bon début
C est un minimum au moin certaine personne seront motivée à chercher du travail vu le peu de différence du chômeur ou cpas