Photo Solidaire

Le record de la militante coureuse de fond

Nouvelle membre du PTB Charleroi, Valérie Blondiaux a décidé de récolter des signatures pour la pétition contre la redevance télé. Et quand Valérie est décidée, c’est comme pour le jogging, son loisir favori : une fois la machine lancée, rien ne l’arrête !

« Je mets beaucoup de temps à être convaincue mais, après, une fois que le suis vraiment, je fonce. Et je n’abandonne pas facilement. » Elle est comme ça, Valérie Blondiaux, une Carolo – « et fière de l’être » – de 41 ans, qui est devenue membre du PTB il y a un an. Il faut du temps pour lancer la machine mais, après, rien ne l’arrête.

Comment cette secrétaire avec une qualification en vente, mais actuellement demandeuse d’emploi, a-t-elle décidé de rejoindre la PTB ? « Je suivais l’actualité et, à Charleroi, j’avais remarqué les actions du PTB, explique-t-elle. Lors de la restructuration à Caterpillar, ils étaient les seuls à être présents, sur place, pour montrer leur solidarité. Alors je me suis informée davantage, sur leur site et leur page Facebook… Et j’ai réalisé que cela rejoignait tout ce que je pensais. Je me suis dit : enfin, un parti qui est vraiment du côté des gens ! Et j’ai décidé de devenir membre. »

Pour Valérie, une carte de membre, c’est bien, agir, c’est encore mieux. Elle rencontre les gens du PTB Charleroi, rejoint le groupe local, aide entre autres à la préparation de ManiFiesta, la fête annuelle de la solidarité…

« Je ne fais pas de grandes performances, mais je termine toujours la course »

Début février, le PTB lance une grande campagne pour supprimer la redevance télé en Wallonie, avec la volonté de récolter le plus de signataires possibles de la pétition. « Je me suis dit que j’allais faire signer la pétition autour de moi, raconte Valérie. Au local du parti, à Charleroi, j’ai dit : voilà, dimanche, je participe à un jogging et je vais essayer de collecter des signatures. Et hop, j’ai pris 10 feuilles. »

Valérie, c’est en effet une mordue de jogging. Elle court tous les week-ends dans le cadre du Challenge Jogging du Hainaut. « Je ne fais pas de performances, souligne-t-elle, mais je termine toujours la course. » Pas de performances ? Ça se discute : en quelques heures, la tenace joggeuse fait signer la pétition du PTB par… 151 personnes ! Un fameux record, non ?

« Les trois premières signatures, ce sont des voisins que j’ai croisés en sortant de mon immeuble », confie-t-elle. Pour la coureuse de fond, ce n’est qu’une mise en jambes. « Comme je cours tous les week-ends, je connais tout le petit monde des habitués du jogging. J’arrive toujours au moins une demi-heure à l’avance, parce qu’il en faut du temps pour saluer tout le monde ! Arrivée sur place, à la première personne à qui j’ai dit bonjour, j’ai brièvement expliqué le but de cette pétition et lui ait dit : ça t’intéresse ? Réponse : ah oui, tiens ! Ensuite, tout s’est enchaîné à une vitesse folle. J’interpellais les gens au fur et à mesure, et quelques amis m’ont alors aidée à faire tourner les feuilles. » Après la course, Valérie constate qu’il lui reste une feuille à moitié remplie. « Je me suis dit : allez, je fais encore un petit tour ! », rigole-t-elle. Bref, elle rentre chez elle avec 151 signatures. « Là-dedans, il y a aussi la mienne et celle de ma maman », tient-elle à préciser.

« Il suffit d’y penser »

A-t-elle rencontré des difficultés en abordant les gens ? « Non, en général, tout le monde m’a fait bon accueil. Bon, il y a bien eu quelques pessimistes – du genre : vous n’arriverez pas à faire supprimer cette taxe, etc. –, comme toujours. Mais je ne me suis pas laissé démonter, et j’ai en général réussi à les convaincre. Et les autres, tant pis, on n’est pas là non plus pour insister à tout prix. »

La modeste Valérie n’estime même pas qu’elle a réalisé quelque chose d’exceptionnel. « Mais non, c’est normal, puisque je connais beaucoup de monde, je n’ai pas de mérite particulier », rétorque-t-elle. Pour elle, il suffit d’y penser, d’avoir le réflexe de demander leur signature aux personnes de son entourage. D’ailleurs, « Je compte refaire ça le week-end prochain, lors d’un autre jogging », conclut-elle.

Envie d’aider ?