Photo Solidaire.

Les partis traditionnels veulent museler la liberté d’expression des locataires : mettez une affiche à votre fenêtre

Le gouvernement wallon veut interdire aux locataires d’installer une affiche électorale sur leur façade sans l’accord du propriétaire. Autrement dit, les locataires auraient moins le droit que les propriétaires d’afficher leur opinion. C’est inacceptable, et c’est pourquoi nous appelons chacun à défendre sa liberté d’expression en collant une affiche à sa fenêtre.

Le nouveau règlement du gouvernement MR-cdH prévoit une interdiction d’apposer une affiche électorale sur les murs et façade sans l’accord expresse du propriétaire des lieux (voir l’arrêté de police pris par le gouverneur de Namur ce 21 juin 2018.).

Il est inadmissible de porter ainsi atteinte à la liberté d’expression : affichons notre résistance

Germain Mugemangango, porte-parole du PTB : « Il est inadmissible de porter ainsi atteinte à la liberté d’expression de toute une frange de la population. Ce règlement est discriminatoire envers les locataires, mais surtout attentatoire à leur liberté d’afficher leur opinion en vue des prochaines élections. Cette liberté est pourtant protégée par notre Constitution qui, en son article 19, établit la liberté de manifester ses opinions en toute matière. »

Dans les grandes villes de Wallonie, cette disposition pourrait concerner un électeur sur deux, d’après le parti de gauche. Des gouverneurs semblent déjà empressés d’imposer ce règlement dans les communes. « Le gouverneur du Brabant Wallon, Gilles Mahieu (PS), le gouverneur de la province du Hainaut, Tommy Leclercq (PS), celui de la province de Namur, Denis Mathen (MR) et celui de la province de Liège, Hervé Jamar (MR) ont, semble-t-il, déjà pris des dispositions dans ce sens, sans concertation avec les communes, poursuit Germain Mugemangango.

En réaction à cette mesure, Sofie Merckx, conseillère communale PTB à Charleroi et Sophie Lecron, conseillère communale PTB à Liège, vont envoyer un recours à la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR), et aux gouverneurs du Hainaut et de Liège.

Mais nous voulons aller plus loin : le PTB invite les citoyens concernés à un acte de résistance. Des générations de travailleurs se sont battus pour obtenir le droit à s’exprimer politiquement. Il est hors de question d’accepter une telle marche arrière.