Photo Solidaire

Licenciements à Charleroi : « sentimentalisme » pour Magnette, austérité pour le PTB

600 travailleurs sont venus assister au Conseil communal de Charleroi ce lundi 20 octobre. La raison de leur colère est l’annonce d’un possible licenciement de 200 à 300 membres du personnel de la commune. A l’appel des trois syndicats, ils ont donc fermement exprimé leurs désaccords avec la politique menée par le bourgmestre et Ministre-président wallon Paul Magnette (PS).

Sofie Merckx, conseillère communale PTB : « Ce qui est choquant c’est que la piste privilégiée soit de mettre des gens dehors. D’autres pistes sont envisageables pour combler ce trou budgétaire, mais on dirait qu’elles n’intéressent pas Monsieur Magnette. » En effet, alors que la commune cherche 8 millions d’euros pour boucler son budget, la solution la plus plus radicale semble avoir été choisie par Paul Magnette et sa majorité.

« Hier soir, une syndicaliste a évoqué le fait que derrière chaque fonctionnaire, une famille est la cible de la politique de la Ville de Charleroi, poursuit Sofie Merckx. A cela, Monsieur Magnette a répondu qu’il ne fallait pas faire de “sentimentalisme larmoyant”. Est-ce du “sentimentalisme” de se préoccuper de l’emploi des gens, Monsieur Magnette ? Nous refusons votre politique d’austérité car nous voulons faite passer les intérêts des gens en premier lieu. »

« Le PS ne cesse de dire qu’il est contre l’austérité et contre le gouvernement de droite au fédéral, selon Germain Mugemangango, président du PTB Hainaut. Mais là où il est au pouvoir, comme à la Région wallonne et à Charleroi, il l’applique. »

 

La section du Hainaut du PTB a publié un tract reprenant son analyse de la situation et ses revendications, que vous pouvez télécharger ici.

 

Ajouter un commentaire