Photo pxhere.com.

Michel I ou Michel II, ne les laissons pas casser nos pensions : rendez-vous le 14 décembre

Le gouvernement veut absolument faire passer son projet de loi sur les pensions des métiers pénibles. Sa dernière tentative ? Nommer deux experts pour convaincre les syndicats. Ses experts ? Un banquier et un PDG… Prochain rendez-vous le 14 décembre, pour la journée d’action syndicale pour nos pensions et le pouvoir d'achat.

C’est clair et net : ce gouvernement se fout de nous. Depuis des mois, il essaie de faire passer son projet de loi sur les pensions des métiers pénibles. Un projet qui a en fait pour but de casser encore plus nos pensions. 

Et que ce soit le gouvernement Michel I (avec la N-VA dans le gouvernement), ou Michel II (sans la N-VA dans le gouvernement), il n’y a rien qui change concernant la politique de casse des pensions. D’ailleurs, la N-VA a clairement précisé qu’elle continuerait à soutenir le gouvernement qu’elle a quitté sur sa politique anti-sociale désastreuse.

Pour nous faire travailler plus longtemps pour moins de pension, il n’y a en tout cas pas de crise ente le MR et la N-VA…

Bref. Pour essayer de convaincre les organisations syndicales, le gouvernement avait donc nommé des experts…

Mais quels experts ? Un banquier et un PDG. Oui, vous avez bien lu. Un banquier et un PDG (Étienne de Callataÿ et Paul Soete)… Comme si ces gens savaient ce qu’est la pénibilité au travail.

S'il avait désigné une femme de ménage et un postier, cela aurait été différent. Mais, là, c'était perdu d’avance pour le gouvernement. Bien entendu la mission de soi-disant experts a échoué. Car pour y arriver, il aurait fallu sortir complètement du cadre de la loi.

14 décembre : journée d’action pour nos pensions et le pouvoir d’achat

Le 14 décembre prochain, une journée d’action a été prévue par les syndicats pour demander de meilleurs salaires et des pensions décentes à un âge correct, qui permette de profiter après une carrière bien remplie. Nous avons déjà fait reculer le gouvernement sur son projet de pension à points, faisons-le reculer sur les métiers pénibles.  Il est affaibli, saisissons l’opportunité! 

Métiers pénibles : le piège de Bacquelaine

Le fond du problème, c’est que le gouvernement a imposé la pension à 67 ans. Mais, pour tenter de faire passer cette mesure (qui n’est toujours pas digérée), le ministre Bacquelaine a prétendu que les travailleurs avec des métiers pénibles allaient avoir des régimes spéciaux pour compenser.

Mais pour les métiers pénibles, il y a déjà des mécanismes qui fonctionnent. Il faudrait juste les améliorer, les renforcer, les étendre. Ces mécanismes s'appellent : les crédit-temps de fin de carrière (qui permettent de ralentir le tempo dès 55 ans), la prépension (qui permet de s'arrêter dès 58 ans pour les métiers pénibles). Et, bien entendu l'âge légal de la pension était fixé à 65 ans (soit dit en passant, l’espérance de vie en bonne santé est de… 64 ans).

Et tous ces mécanismes permettent d’avoir une pension compète à 65 ans.

Le gouvernement, lui, veut démanteler tous ces mécanismes : après avoir imposé la pension à 67 ans, il veut supprimer les crédits-temps de fin de carrière à 55 ans et il veut démanteler le système de prépension.

Et il veut ensuite les remplacer par un nouveau système qui ne marche pas. Personne ne pourra plus s'arrêter avant 60 ans. Et, en plus, avec une pension plus petite que la pension complète. On retirera 10 % de la déjà trop petite pension des travailleurs qui ont connu le plus pénibilité au boulot.

Le plan 65-60-55, l’alternative sociale pour les pensions

Le PTB et de nombreuses centrales syndicales proposent le plan 65-60-55. Un plan de bon sens qui part des besoins des travailleurs.

  • retour de l’âge légal de la pension à 65 ans,
  • droit à la pension anticipée ou prépension à 60 ans,
  • crédit-temps de fin de carrière dès 55 ans.

Soutenez ce plan sur www.pastoucheanospensions.be

Étiquettes

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bonjour. Je propose que l'on supprime la taxe de solidarité retenue sur les pensions, taxe payée pendant la vie active et encore retenue quand arrive la pension. Dans mon cas pour une pension complète de ménage = 59 euros. J'aurais bien besoin de cet argent pour boucler ma fin de mois