Le conseiller communal et chef de file du PTB Molenbeek Dirk De Block. (Photo PTB Molenbeek)

Molenbeek : « Moureaux n’a jamais voulu négocier avec le PTB mais transférer la responsabilité de l’alliance PS-MR sur le PTB »

Dirk De Block, chef de file du PTB Molenbeek, réagit à l'annonce de la majorité PS-MR dans sa commune : « L'alliance avec le MR était inscrite dans les astres. Ce ne sera donc même pas l’Olivier qui était mathématiquement possible… Contrairement aux apparences, Catherine Moureaux n'a jamais voulu négocier avec le PTB mais voulait transférer la responsabilité de son accord avec le MR sur le PTB. La ficelle est un peu grosse. C’était donc une mascarade organisée. »

Le conseiller communal continue : « La vitesse à laquelle les visuels anti-PTB du PS ont été lancés (30 minutes après la fin des discussions à Charleroi et Molenbeek), la vitesse avec laquelle l’accord avec le MR a été conclu (une demie journée, avec répartitions de postes) le prouvent: tout cela était organisé pour nous faire porter le chapeau. Pendant trois jours, Catherine Moureaux est passée sur tous les plateaux TV et radio pour critiquer le PTB, pour, en une demie journée, s'allier avec sa meilleure ennemie : la bourgmestre sortante Françoise Schepmans (MR) ».

Pendant 10 jours, le PTB a discuté avec le PS, a déposé des propositions concrètes sur le logement, l'enseignement, la santé, et d’autres sujets encore. Durant toute cette période, le PS a répondu aux propositions concrètes du PTB : « Oui, mais non, ce n'est pas possible... » Le PTB voulait une politique de rupture sociale et écologique. Mais il était clair que le PS n'en voulait pas. Aujourd'hui, on sait à quoi ce jeu de dupes a servi : à faire passer le retour de l'alliance entre le PS et le MR à Molenbeek. La commune bruxelloise n'est d'ailleurs pas un cas isolé. Elle fait partie d'une stratégie d'ensemble du Boulevard de l'Empereur (siège du PS) : citons par exemple Verviers, la Province de Liège, Binche… Là-bas aussi, le PS aurait pu faire le choix d'autres majorités, mais il décide de s'allier avec le MR. 

« Le PTB continuera à grandir pour faire bouger les lignes et secouer cette majorité sociale-libérale », conclut Dirk De Block.