Photo Aayyymm Eeelectriik / Flickr.

Nombre accablant de malades de longue durée : il est l’heure de réduire le temps de travail

Le mouvement social l'avait dénoncé, les médecins du peuple du PTB l'avaient annoncé, c'est aujourd'hui démontré : l’austérité rend malade. On découvre en effet dans la presse ce matin les chiffres accablants du nombre de malades de longue durée en Belgique. En dix ans, depuis 2006 donc, le nombre de malades de longue durée a augmenté de 64 %. La preuve qu'il est plus que temps de réduire la pression sur les travailleurs.

Par ailleurs, cette augmentation devient plus importante avec le temps. En effet, entre 2014 et 2015, le nombre de malades de longue durée a augmenté de 8 % là où, les années précédentes, ce nombre augmentait de 5 à 6 % par année. 

Comme l’indique le journal L’Echo, « l'Inami explique cette forte augmentation par deux phénomènes: une hausse du nombre de pathologies d'ordre psychique, comme les dépressions et les burn-out et l'allongement de la carrière. Conséquence de cette mesure: les travailleurs de la tranche d'âge 50-60 ans restent plus longtemps sur le marché du travail. Il s'agit du groupe où l'on observe le plus grand nombre d'absences pour maladie. »

Cela montra que la logique du gouvernement ne fonctionne pas, et que l’austérité est mauvaise pour la santé. Mais le pire, c’est que le gouvernement s’entête dans cette logique. D’une part, il veut s’en prendre aux malades de longue durée, avec notamment des économies budgétaires déjà mises en œuvre dans le secteur. D’autre part, le stress et le burn-out vont encore augmenter si la réforme du travail du ministre de l’Emploi Kris Peeters passe, avec ses semaines jusqu’à 45 heures et son ultraflexibilité.

« Burn-out et stress sont en quelque sorte la silicose du 21e siècle, estime Peter Mertens, président du PTB. Si nous voulons faire baisser les coûts de l'incapacité au travail de longue durée, nous allons donc devoir y remédier. Et, alors, nous permettrons aux travailleurs plus âgés de prendre leur pension à temps, après une vie de dur labeur. »

D’autre part, le président du PTB dénonce la logique derrière la loi Peeters : « Plutôt que de s’en prendre à la semaine de 38 heures, réfléchissons à une semaine de 30 heures. Ce qui, non seulement, pourra aider beaucoup plus de gens à trouver du travail, mais fera aussi baisser considérablement les facteurs de stress et la surcharge de travail. De tels choix de société orientés sur l'avenir partent d'une tout autre image de l'humanité que les choix d’austérité qui ont mené aujourd’hui à cette explosion de malades de longue durée. »

Lire aussi à ce sujet l’opinion de Peter Mertens, Les malades de longue durée : le gibier idéal au bas de l’échelle sociale.

Pour le PTB, les chiffres de l’Inami révélés par l’Echo et De Tijd montrent encore un fois qu’en aucun cas on ne peut prévoir de sanctions contre les travailleurs malades de longue durée, que tous les plans visant à toucher à la semaine des 38 heures doivent être retirés, de même que l’allongement des carrières prévu par la réforme des pensions du gouvernement.

C’est pourquoi le PTB soutient la mobilisation prévue par le front commun syndical le 24 mai prochain à Bruxelles.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Une politiques qui vas aggravé la situation, car l'être humain n'est pas une machine , la logique des politiques MR NVA c'est d'être disponible 24/24 h au service du patronat ! Cela nous fait retourner deux siècles en arrière du temps de l'esclavage !! Alors que des jeunes recherche un emploi, ON veut faire travailler les plus vieux carrément jusqu'à leurs fin de vie , c'est du non sens ! Une politiques d'austérité pour faire plaisir à la commission européenne et également au multinationales !!!
Cher président. ..mon compagnon est invalidé à plus de 66 pour cents depuis 2012 et moi à mi temps médical depuis plus de deux ans. .obligé par mon employeur. ..on va crever de faim si on nous supprimé nos allocations mutuelle. Plus de maison..cher président nous vivrons sous les ponts!!!Amities de deux cama ptb liège
On veut réduire le coût des pensions donc, on rallonge les années de travail en épuisant les travailleurs pour raccourcir leur vie. Mauvais calcul, les économies espérées d'un côté seront déboursées en triple voir plus d'un autre côté mais, ce n'est plus le même département et ces clowns se féliciteront de leur réussite. Fond des retraites en équilibre et fonds sociales (mutuelle, chômage,etc) en faillites. Pour rappel, pour ces décideurs, la retraite est à 52 ans avec pension de +/- 7,000 €/mois. Le travailleur qui vous entretient et qui ne pourra même pas profiter d'une retraite méritée vous salue bande de f...c...
dans les petites PME les travailleurs n'osent plus demander leur droit élémentaire tel que congé de carrière ,ou congé d'ancienneté de peur d'être mal vu et être les prochains licenciés . pas de syndicat ,moins de 50 travailleurs BELLE CONNERIE. VIVA LA REVOLUTION
Accidenté sur le chemin du travail, j'ai dû faire toute une procédure judiciaire et médicale pour déterminer le taux de handicap à vie, toute une procédure que j'ai dû payer comme tout accident, et hop...à la pension mon indemnité est versée à l'ETAT BELGE ??? Je reste handicapé une vie pas comme les autres, je n'ai plus mon indemnité que l'"ETAT BELGE me prend..... et se fait verser AIDEZ-NOUS a retrouver notre droit de vivre notre indemnité compense notre handicap et est versée par l'assureur privé de notre employeur dans le privé. Comment appeler ça ? AIDEZ-NOUS
un peu plus de contrôles dans les soit disant malades ! moi j'allais travailler avec un mal de tête, un abcès ou un torticolli - maintenant ils reçoivent des papiers du médecin pour 1x tousser !