Réfugiée somalienne fuyant la sécheresse dans un camp en Ethiopie. (Photo Eskinder Debebe - UNHCR / Flickr)

Pacte de l’ONU sur les migrations : Charles Michel pliera-t-il devant l'extrême-droite mondiale ?

Le 14 novembre, à la Chambre, le député PTB Marco Van Hees a interpellé le Premier ministre sur le pacte de l’ONU sur les migrations. Charles Michel s’était engagé à signer ce texte en décembre, mais il semble maintenant vouloir revenir sur son engagement, sous la pression de la N-VA et de la nouvelle droite dure dans le monde.

Voici le compte-rendu de Marco Van Hees :

Je viens d'interroger Charles Michel en plénière à la Chambre sur sa volte-face par rapport au pacte de l'ONU qui tente une approche mondiale des migrations. Le 27 septembre, le Premier ministre déclarait à l'ONU : « Mon pays signera à Marrakech en décembre le pacte global pour la migration. Ce texte est une avancée majeure. » Et il ajoutait : « Les extrémistes et les trafiquants d’êtres humains sont dans le même sac. Ils instrumentalisent et alimentent la question migratoire. »

Il ne croyait pas si bien dire, puisque ces extrémistes se lèvent aujourd'hui contre le pacte de l'ONU : le Hongrois Viktor Orban, l'Autrichien Sebastian Kurz, l'Américain Donald Trump et, en Belgique, le Vlaams Belang, Schield & Vriend ainsi que plusieurs N-VA dont le porte-parole de Theo Francken. Le problème, c'est que cette extrême-droite qu'il dénonçait en septembre a réussi, deux mois plus tard, à faire revenir Charles Michel lui-même sur sa décision.

Aujourd'hui, il n'a pas répondu à ma question : « La Belgique va-t-elle voter pour ce texte, comme vous l'aviez annoncé solennellement devant l'ONU ? » Comme à son habitude, il s'est caché derrière des pseudos arguments juridiques pour nier cette nouvelle couleuvre que lui fait avaler la N-VA, mais aussi, derrière elle, l’extrême droite du monde entier.

Contre ce discours de haine, j'ai défendu la nécessité de s'attaquer non aux migrants mais plutôt aux causes qui obligent les gens à fuir. J'ai ainsi dénoncé ces interventions militaires de l'Otan et de la Belgique (qui vient d'acheter des F-35) qui créent le chaos et un engrenage guerrier obligeant les populations à fuir. J'ai ainsi dénoncé la passivité de la Belgique, qui fait partie des derniers de classe en Europe en matière de lutte contre les émissions de CO2, alors que le réchauffement de la planète fait de plus en plus de réfugiés climatiques. J'ai ainsi dénoncé la misère causée par le système capitaliste mondialisé, dans lequel un enfant de moins de dix ans meurt toutes les cinq secondes à cause de la faim ou d'une maladie directement liée à la faim. Pas parce que l'agriculture est déficiente – elle permettrait largement de nourrir toute la planète – mais à cause d'un système capitaliste criminel basé sur le profit plutôt que sur les besoins de la population.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.