Sofie Merckx et Germain Mugemangango, qui ont tiré la liste du PTB à Charleroi. (Photo Belga)

Paul Magnette veut continuer comme avant à Charleroi. Ce sera donc sans le PTB

« Depuis le début des négociations, nous avons voulu qu'il y ait au moins un cadre général pour avoir une rupture de gauche avec la politique du passé, mais c'était visiblement en vain. Ce sera donc sans nous, » déclare Sofie Merckx, tête de liste PTB à Charleroi.

« C’était déjà clair lors de la précédente rencontre, il l’a confirmé publiquement samedi dans la presse et il l’a répété aujourd’hui : Monsieur Magnette veut continuer son projet de ville comme avant, déclare Sofie Merckx, tête de liste PTB à Charleroi. Selon lui, il n'a pas à tenir compte du signal donné par une partie importante des électeurs Carolos le 14 octobre. Depuis le début des négociations, nous avons voulu qu'il y ait au moins un cadre général pour avoir une rupture de gauche avec la politique du passé, mais c'était visiblement en vain. Ce sera donc sans nous. »

« Comment voulez-vous qu’on se mette d’accord avec quelqu’un qui dit qu’il ne veut pas trop de logement social parce que cela attire les pauvres ? ajoute-t-elle. Pour nous, comme parti de gauche, c’est impossible. »

Le PTB acte donc la volonté de continuité du PS. « Nous n’allons pas prendre des échevinats pour continuer la même politique qu’avant, ce n’est pas pour ça que les gens ont voté pour nous, poursuit Sofie Merckx. Que ce soit sur l’importance d’une vraie politique sociale, sur la nécessité d’investir dans des transports en commun publics et durables ou sur le besoin d’éthique dans la gestion de la Ville, nous n’avons pas vu d’ouverture pour changer de cap. »

Le PTB doute qu’il y ait même eu une volonté d’aboutir dans le chef du PS. « Le PS voulait il vraiment négocier avec le PTB ? Quel négociateur agresse violemment son partenaire dans la presse sur deux pages le samedi entre deux rencontres ? s’interroge Sofie Merckx. Ça ne s'est jamais vu dans des négociations sincères. Le seul avantage avec la sortie dans la presse de Paul Magnette le week-end dernier, c’est qu’au moins, cela a été exprimé publiquement. »

Pourtant, le PTB est venu avec des propositions concrètes dans le cadre de ces négociations, sur des thèmes comme le logement, le transport, la fiscalité, l’aménagement du territoire... « Mais, pour réaliser cela, il fallait au moins une base commune de respect dans la négociation et dans la volonté d'une rupture avec les six dernières années. Depuis le début de ces négociations, nous n'avons pas retrouvé ce respect nécessaire », regrette Sofie Merckx.

« Le PS choisit ne pas en tenir compte de la volonté de rupture exprimée par un grand nombre d’électeur à Charleroi le 14 octobre dernier. Nous en tirons donc les conclusions et le PS devra alors compter sur sa majorité absolue ou composer avec d’autres partis politiques pour diriger la Ville les six années à venir », conclut Sofie Merckx.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Quel déception pour ceux qui ont fait confiance au PS, décidément Monsieur Magnette continue à mentir au électeurs et leur à volonté de changement pour un partenariat PS-PTB et une politique en faveur et non contre les citoyens en mettant en avant SON point de vue et pas celui du citoyen demandeur d'un changement radical en faveur d'une politique sociale favorable aux plus démunis.