Photo Images Money / Flickr.

Si le carburant augmente, nos salaires doivent suivre : signez la pétition

La forte hausse des prix du carburant a provoqué un mouvement de colère important. Pour le PTB, il n’est pas normal que le coût de la vie augmente autant et que les salaires ne suivent pas. Il faut réintroduire l’essence et le diesel dans l'indexation des salaires et arrêter la hausse des taxes injustes.

Face aux récents mouvements, Charles Michel a annoncé dans la presse qu'il continuera sa politique de ne rien faire contre l'augmentation du prix du diesel et essence.

« Facile évidemment de dire ça quand on gagne 10 000 euros par mois, a réagi Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. C'est une autre paire de manche lorsqu'on doit se rendre en voiture en zoning pour y travailler en équipe de nuit et qu'on ne gagne même pas 1400 euros par mois... »

Les salaires doivent augmenter

Pour le PTB, il faut réintroduire les produits pétroliers dans l'indexation des salaires. En une seule année, entre octobre 2017 et octobre 2018, le diesel et l'essence ont en effet augmenté respectivement de 20,8 % et de 10,2 %. Avec l’indexation actuelle, qui ne prend pas en compte les prix de l’essence et du diesel, un travailleur belge moyen a perdu ainsi 300 euros cette année.

Il faut donc rétablir une indexation qui prend en compte le réel coût de la vie. Si le prix de l’essence et du diesel augmente, les salaires doivent aussi augmenter.

Le PTB a lancé une pétition dans ce sens.

Contre les taxes injustes

Il faut aussi arrêter d’augmenter les taxes injustes comme les accises sur le diesel.

Michel affirme qu'il fait tout pour le pouvoir d'achat avec son fameux tax shift. Mais qui a vraiment vu un effet positif du tax shift dans son porte-feuille ? En revanche, les augmentations de taxes, entre autres sur le diesel, prévues par ce tax shift, ça, on les sent.

En réalité, Michel réalise une vieille idée libérale : passer d'une fiscalité qui se dit progressive (qui dépend de la hauteur du salaire) à une fiscalité sur la consommation (où tout le monde paie la même taxe forfaitaire, que vous soyez Sarah la caissière ou Albert Frère le milliardaire).

Hypocrisie « écologiste » du gouvernement

En plus, le Premier ministre ose dire qu’il a augmenté les taxes sur le diesel « pour l’environnement ». Comme Macron en France. « On doit surtout faire en sorte que l'on accompagne le citoyen pour l'encourager à d'autres types de mobilité », a dit Charles Michel. C’est gonflé ! Surtout quand on sait qu'il a sabré dans la SNCB pour trois milliards d’euros, qu’il y a l’austérité sur les TEC…

C’est aussi gonflé quand on sait qu'il a généralisé les flexi-jobs, où il faut commencer son boulot à toute heure du jour et de la nuit (y compris quand il n'y a plus d'alternative à la voiture).

Gonflé aussi quand on sait qu’au contraire, toute sa politique laisse à l’abri les géants du pétrole et de l’énergie comme Engie et Total, qui continuent à se sucrer sur notre dos et sur le dos de la planète.

Il faut un plan pour lutter contre le réchauffement climatique, qui fasse payer les grandes multinationales pollueuses, qui investisse dans l’énergie verte et dans les transports en commun publics, pour qu’ils deviennent une vraie alternative sociale et écologique à la voiture.

C’est comme ça, et pas en faisant payer toujours les travailleurs, qu’on mènera une politique écologique.

 

 

Cette vidéo de Raoul Hedebouw qui dénonce l'hypocrisie du Premier ministre à ce sujet a été vue plus d'un million de fois.

Partagez-la sur Facebook !