Photo Solidaire, Karina Brys

SNCB : le PTB propose des tarifs « COP21 » attractifs plutôt que des tarifs « Galant » élevés

Le PTB ne peut accepter le projet de contrat de gestion de la ministre Jacqueline Galant (MR). Plutôt qu’une hausse des tarifs, le parti de gauche demande l’instauration de tarifs « COP21 » plus bas, et attractifs.

Pour Michaël Verbauwhede, spécialiste SNCB et député bruxellois : « Avec la fermeture annoncée de gares, de lignes, le gouvernement organise en réalité un service minimum 365 jours par an. » Galant confirme une fois de plus qu’elle n’est pas digne de confiance. Pas plus tard qu’hier, au Parlement, elle affirmait qu’une hausse généralisée des tarifs n’était pas à l’ordre du jour et qu’« aucune décision concrète n’avait été prise quant à la circulation des trains sans accompagnateurs ». Tout l’inverse de ce que prévoit son projet dévoilé dans la presse. Le PTB demande une révision totale de la copie de la ministre Galant. Un autre projet, démocratiquement débattu, avec un financement adéquat est nécessaire.

C’est du jamais vu pour les usagers SNCB : une hausse de 15 % au-dessus de l’inflation pour les tickets et abonnements dans les 4 prochaines années. Deux mois après la fin de la COP21 à Paris, alors que les besoins en mobilité explosent et qu’une alternative à la voiture est plus que jamais nécessaire, l’ambition du contrat de gestion SNCB semble être... de mettre davantage de voitures sur la route. Michaël Verbauwhede : « L’augmentation des tarifs de train est la meilleure publicité pour la voiture. Une étude de De Lijn montre qu’une hausse des tarifs de 1 % provoque une diminution de la demande de tickets de 1 %. Plutôt que d’augmenter les tarifs, le contrat de gestion devrait plutôt prévoir des tarifs COP21 : des tarifs bas qui attirent les usagers. »

Et de continuer : « Avec ce projet, le gouvernement organise un service minimum 365 jours par an. La liste des horreurs pour les usagers des trains est en effet longue : tickets dont le prix augmente, guichets qui vont fermer, lignes de trains supprimées pour être remplacées par des bus, trains sans accompagnateurs... Dans quel monde vivent Jacqueline Galant et Jo Cornu (CEO de la SNCB, NdlR) ? Pensent-ils réellement que ce nouveau contrat de gestion va inciter les navetteurs à abandonner leur voiture et prendre le train ? Elle organise en réalité l’immobilité. »

Le projet de contrat de gestion rajoute aussi de l’huile sur le feu de la concertation sociale. Si ce projet passe, les garanties d’emploi données par la direction dans le cadre des négociations sur le protocole d’accord social ne resteront que lettres mortes.

Jacqueline Galant confirme le mensonge comme mode de gouvernement

Une chose reste cependant identique : le mensonge comme mode de gouvernement. Car, encore une fois, Jacqueline Galant a menti hier au Parlement. Interrogée en Commission par Marco Van Hees, député PTB, sur l’augmentation des tarifs et sur le train sans accompagnateur, elle a répondu d’une part qu’une augmentation généralisée de tous les tickets n’était pas à l’ordre du jour et d’autre part qu’aucune décision n’était prise quant au « one man car » (les trains sans accompagnateur). C’est encore une fois un mensonge délibéré. Ce matin paraissait dans la presse son propre projet de contrat de gestion qui prévoit... tout l’inverse : une augmentation généralisée des tarifs et l’implémentation du « one man car ». Jacqueline Galant le confirme une fois de plus : elle n’est en rien digne de confiance.

Le projet de contrat de gestion est dangereux pour l’environnement et néglige le droit à la mobilité des Belges. C’est pourquoi le PTB demande à Jacqueline Galant une révision totale de sa copie et un débat public sur le sujet.