Photo Solidaire, Dieter Boone.

Time's up, Rise up : 14 000 manifestants pour le climat à Ostende

14 000 manifestants se sont réunis et ont marché à Ostende pour le climat à l 'appel du Climate Express. La marche, suivie par une chaîne humaine tout le long de la plage d'Ostende, a montré la détermination des citoyens à exiger des actes forts pour sauver la planète. 

Le succès de la marche pour le climat est particulièrement important. Elle s'est tenue dans un contexte difficile : elle a d’abord été interdite à Paris, puis à Bruxelles et ensuite à Ostende. Mais les milliers de citoyens ne sont pas laissé décourager par les mesures antiterroristes : « Rien ne nous arrêtera », ont-ils même lancé.

« Je veux remercier nos politiciens belges pour nous avoir donné toutes les raisons de venir manifester aujourd'hui dans les rues d'Ostende. Ils se réjouissaient hier d'avoir conclu un accord sur le climat. Mais soyons précis. C'est avec 6 ans de retard, ce n'est pas ambitieux et la solidarité internationale est égale à zéro », a lancé Natalie Eggermont, présidente du Climate Express à l'initiative de la marche pour le Climat. Le seul mérite de cet accord est en efet qu'il ait été enfin conclu, après 6 années. Pour le reste, il est totalement insuffisant. Il prévoit à peine 15% de réductions d'émissions de CO2 d'ici 2020, là où le GIEC (le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) parle de la nécessité de les réduire de 40% d'ici 2020 pour les pays industrialisés. Aucun objectif ambitieux n'est prévu pour le développement des énergies renouvelables. Il ne prévoit en outre que 50 millions d'euros de financement pour le Fonds climat et cet argent pourrait être pris des moyens de la Coopération au développement.

La Belgique poursuit en fait le Sommet climatique comme il l'a commencé : sans ambitions pour sauver la planète et en se présentant à Paris avec un accord sur la prolongation du ...
 nucléaire. Peter Mertens, président du PTB : « Le gouvernement s 'est mis à plat ventre devant des multinationales comme Engie, la maison mère d’Electrabel. Les centrales nucléaires peuvent une fois de plus continuer à fonctionner et Electrabel reçoit, avec la diminution de la rente nucléaire, un cadeau de 300 millions d’euros. Le premier jour du sommet climatique, notre pays s’est aussitôt vu décerner le "prix fossile". »

Pour le PTB, l'avenir de notre planète doit être dans les mains d'une planification écologique et sociale. Peter Mertens : « Il est temps que les multinationales comme Engie (Electrabel) cessent de déterminer les choix politiques des gouvernements. Le climat et la bourse, ça ne fait pas bon ménage. Nous voulons qu’il y ait un plan climatique partant des besoins des gens et des besoins de la planète. C’est tout autre chose que de garantir les rendements à deux chiffres d’une poignée de gros actionnaires. Nous voulons qu’on investisse vraiment dans l’isolation, l’énergie renouvelable, le logement durable et les transports publics, sous contrôle de la société. Pour y arriver, beaucoup de pression venant d’en bas et beaucoup de mobilisation sont nécessaires. »

La marche d'Ostende a montré la détermination de milliers de citoyens et de centaines d'associations venus des quatre coins du pays à vouloir un changement radical de politique. La construction d'une société durable et sociale à la mesure de l’homme dépendra de la mobilisation des peuples. La Marche pour le climat d'Ostende en constitue une nouvelle preuve.