Photo Solidaire, Karina Brys

Un débat démocratique sur la pension pour tous est nécessaire

Le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), a annoncé qu’il allait préparer une proposition de relèvement de l’âge de la pension des députés. Selon Bracke, l’actuel système de pension des députés ne serait plus « tenable ». Il réagit ainsi à la toute récente révélation du PTB sur le fait que la majorité des parlementaires peuvent toujours prendre leur pension à 55 ans. Cette révélation suscite des milliers de réactions de colère.

« Je me réjouis du fait que notre révélation puisse amener un changement dans la politique du “deux poids deux mesures” de ce gouvernement, explique Peter Mertens, le président du PTB. Les parlementaires vont donc apparemment débattre de l’âge auquel ils pourront prendre leur propre pension. Toutefois, ils devraient étendre ce débat-là à l’âge de la pension pour tout un chacun. En effet, ce n’est pas parce qu’un député est capable de travailler jusqu’à 67 ans qu’il en va de même pour tous les salariés du privé ou les agents du service public. »

La décision de relever l’âge de la pension à 67 ans ne figurait dans aucun programme électoral. Au contraire, avant les élections, les partis du gouvernement avaient promis de ne rien modifier à l'âge de la pension légale. « Au lieu d’un débat dans les divers Parlements sur l'âge de la pension, nous ferions mieux de mener un débat véritablement démocratique sur l’avenir de nos pensions. »

« Une fois de plus, il ressort des très nombreuses réactions de ces derniers jours que la plupart des gens ne digèrent pas de devoir travailler jusqu’à 67 ans, souligne Peter Mertens. Pour un groupe très large de travailleurs, la chose est en outre infaisable. Nous ne vivons pas tous plus longtemps et certainement pas en bonne santé. Par ailleurs, travailler jusqu’à 67 ans n’est pas logique. La Belgique est confrontée à un important taux de chômage. Un grand-père se tue littéralement au boulot alors que son petit-fils cherche désespérément un emploi. Enfin, ce n’est pas nécessaire : nos pensions sont tout à fait finançables, si l’on s’attaque à la fraude fiscale et que l’on répartit la richesse de manière plus équitable. »

 

Étiquettes