Photo Shamefullyso / Flickr

Wallonie: Le PTB demande un moratoire sur le prix de l'eau

Le prix de l’eau dépassera en 2016 la barre des 5 euros au mètre cube hors TVA. « L’eau est devenue un produit de luxe en Wallonie. Le prix a plus que doublé en dix ans et l’augmentation se poursuit. C’est inadmissible quand on sait que plus de 10% des ménages sont déjà aujourd’hui en difficulté de paiement. Il faut un moratoire sur le prix de l'eau. », réagit Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

La décision d’augmenter le coût-vérité à l’assainissement (CVA) émane de la SPGE, dont les mandataires recevront prochainement près d’un million d’euros d’indemnités de départ. « Ces gens ne savent même pas le prix du pain. Mais ils décrètent sans aucune gêne de faire payer aux gens un prix exorbitant pour un besoin vital », poursuit Frédéric Gillot.

Récemment en débat avec Raoul Hedebouw, Paul Magnette s’était caché derrière les directives européennes pour justifier cette augmentation continue du prix de l’or bleu. Frédéric Gillot : « Les travailleurs paient 100% des coûts à l’assainissement depuis déjà 10 ans. Mais aujourd’hui, l’industrie n’en paie toujours que 20%, alors qu’ils sont de loin les premiers pollueurs. Ca pèse évidemment sur la facture des gens. C’est un choix politique. » Le PTB demande que l’industrie prenne en charge 100% des coûts liés à la dépollution de leurs eaux usées en suivant le principe de pollueur/payeur.

Face à la flambée du prix de l’eau, le gouvernement wallon se targue d’avoir doublé l’enveloppe du Fonds social de l’eau pour venir en aide aux plus démunis. Mais pourquoi attendre que les ménages se retrouvent en grande difficulté pour intervenir ? C'est la facture d'eau qui doit baisser, pas notre qualité de vie. Sur base du bilan exécrable des dix dernières années, le PTB appelle à remettre en cause le principe du "coût vérité". Les coûts de distribution et d’assainissement doivent être financés par l’impôt, selon une logique progressive, et non par une taxe injuste à la consommation. Comme mesure immédiate, le PTB demande un moratoire sur le prix de l'eau.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Ressource naturelle et bien commun essentiel à la vie; ce n'est pas une marchandise !
Je suis bien d'accord sur le principe pollueur/payeur. Les consommations des ménages n'ont pas à endosser éternellement la "dime" de l'eau au détriment d'un droit naturel pour lequel nous avons déjà ainsi que nos parents et grands-parents payer sous forme d'impôts les installations et les améliorations apportées jusqu'à nos habitations. Moins on consommes, moins on pollue par le retour des eaux usées. Je n'ai pas de chiffres en tête mais ça m'étonnerait bien que la consommation globale des ménages atteignent la consommation globale de deux ou trois des plus grosses usines pollueuses. Et, comme d'hab, c'est celui qui consomme le plus qui paie le moins.