Photo Solidaire, Dieter Boone

Wouter Hillaert (Hart boven hard) à ManiFiesta :: « Quelque chose a commencé, et ce n’est pas près de s’arrêter »

Bonjour,

Quelque chose a commencé. Et ce n’est pas près de s’arrêter. C’est ce lundi que tout débute. Nous vous demandons de pousser ce mouvement avec nous.

Nous, c’est Hart boven hard – le cœur (« hart ») et non la dureté (« hard ») – un mouvement politique grandissant qui rassemble plusieurs secteurs pour lancer un signal commun au nouveau gouvernement flamand et, très bientôt, au nouveau gouvernement fédéral. Dans le secteur des soins aux personnes, dans la culture, dans les mouvements de jeunesse, dans les soins de santé, dans l’associatif, dans les mouvements de minorités, dans les associations socioculturelles, dans les mouvements de défense de l’environnement, les mouvements Nord-Sud et pacifistes : partout, c’est le même sentiment. Un sentiment pénible, un sentiment d’indignation.

Par les économies prévues dans l’enseignement, dans les crèches, dans la culture, dans les soins et les maisons de repos, le nouveau gouvernement menace de défaire ce qui a mis des années à être construit. Ce qui relie les gens, leur donne confiance et les fait avancer. La solidarité et l’égalité sont en train de basculer.

Si on lit la déclaration gouvernementale à la lettre, nous ne sommes plus des citoyens, mais des clients. Seulement, dans ce pays, le client n’est pas roi. C’est sur lui que tombent les coups, alors que les grandes entreprises et les grosses fortunes sont, elles, favorisées. Les familles, l’enseignement supérieur, la radio-télévision publique, etc., etc., etc. : il faut dégraisser. Comme s’il y avait encore de la graisse ! Tant de gens et d’organisations sont déjà à l’os.

Lundi, Hart boven hard publie lundi, le jour de la « Déclaration de septembre » du ministre-président Bourgeois, une Déclaration alternative. Nous la déposerons en début d’après-midi au Parlement flamand. Et, le soir, dans trois villes, à Bruxelles, à Gand et à Anvers, se tiendront simultanément trois débats. Parce que nous restons des citoyens. Et que nous sommes inquiets. Nous examinons les plans du gouvernement flamand à la loupe. En fait, un verre grossissant n’est même pas nécessaire. L’accord gouvernemental traduit le mot « valeur » exclusivement en termes économiques. Les nombreuses dimensions de la riche vie humaine – l’être humain qui apprend, qui joue, qui crée, l’être humain social, qui se soucie des autres et en prend soin… – doivent faire place à la seule dimension économique.

Une économie doit être au service de l’homme et de la société, et non le contraire. Nous voulons de l’oxygène pour les gens, et non pas que tout cet oxygène soit pris aux gens pour être offert aux entreprises. La vie associative, l’enseignement, les soins, la culture, les services… ne sont pas des « charges ». Au contraire, ils font partie de notre richesse.

Nous croyons dans une société qui renforce tout le monde, et pas seulement les plus forts. Qui va chercher les moyens nécessaires auprès de ceux qui les ont. Qui renforce ce qui fonctionne, et qui remédie à ce qui ne fonctionne pas bien. La pauvreté. Le chômage. L’inégalité dans l’enseignement.

Hart boven hard est un début. Le début d’un mouvement qui grandit. Aujourd’hui, des centaines de personnes, d’associations et de coupoles ont déjà signé notre Déclaration de septembre alternative. Ce lundi, signez-là aussi. Faites en sorte que cette voix résonne plus fortement. Placez vos propres actions sous le signe de Hart boven hard. Tenez-vous informés en rejoignant notre page Facebook. Après ce lundi, d’autres actions vont suivre. Car ce n’est qu’après ce lundi que les choses vont vraiment commencer. Hart boven hard veut durer plus longtemps qu’un automne chaud. Nous disons que, lorsque le profit l’emporte sur la valeur, on est voués à la perte.

J’ai entamé cette intervention en disant que quelque chose a commencé. Ce n’est pas nous qui avons commencé, mais bien notre nouveau gouvernement. Et c’est à nous de nous y opposer et de mettre en place quelque chose d’autre. Et cela ne réussira que si nous le faisons ensemble. Hart boven hard.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Stop à une austérité justifiée par des déséquilibres budgétaires (justifiée par la droite) . Déséquilibres provoquées par la grande spéculation . En 2008, la Dette Publique était redescendue à 84%, puis il y eu les banques, l'explosion des bulles spéculatives, maintenant .... que ces spéculateurs payent, pas le peuple, pas les travailleurs .. STOP A TOUTE AUSTERITE