Le PTB-go! sur la mobilité : pour un masterplan pour les transports communs et un ticket commun SNCB/TEC/STIB/De Lijn

Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia

« La politique des dernières années et la récente polémique sur la taxe kilométrique, montrent qu’une autre politique de mobilité est nécessaire. Le PTB-go! propose un masterplan pour les transports en commun comme première priorité », dit Germain Mugemangango, tête de liste PTB-go! (Hainaut) à la Région wallonne qui présente ce matin le programme du PTB en matière de mobilité.

Germain Mugemangango : « Les premiers retours de l’expérience test sur la taxe kilométrique sur les voitures tendent à démontrer ce que nous affirmions il y a quelques mois : cela ne change pas le comportement des usagers, cela augmente sa facture de transports et cela touche particulièrement les faibles revenus. La politique actuelle a montré sa faillite : elle est coûteuse, inefficace et non écologique. »

« Sans mesures fortes, l’encombrement routier deviendra bientôt ingérable dans notre pays avec une diminution de l’accessibilité des principales villes wallonnes alors que la situation pour accéder à Bruxelles est déjà aujourd’hui ingérable », affirme Germain Mugemangango.

Germain Mugemangango : « Or, nous devons nous déplacer de plus en plus. Mais l’offre de transports publics ne suit pas pour offrir une vraie alternative à la voiture. Pire, les transports en commun sont de plus en plus chers. Selon une grande enquête qualitative des transports en commun réalisée par le Conseil de la jeunesse, le premier motif de mécontentement des jeunes est le coût élevé des transports. Or, depuis 2010, chaque année, les Wallons n’y échappent pas, malgré la participation Ecolo au gouvernement « Olivier » : le 1er février est synonyme d’augmentation des transports publics. Les cartes de bus ou les tickets individuels, dont on sait qu’ils sont notamment utilisés par les personnes les plus précarisées, augmentent de 6 % et même de plus de 17 % pour la carte de huit trajets. En 2013, aux TEC, les tarifs étudiants ont subi une augmentation de 16 à 19 %. Les transports gratuits pour les 65 ans et plus sont désormais payants : 36 euros par an. Si ses conséquences sociales et environnementales sont lourdes, l’apport budgétaire de cette mesure est minime : quelques dizaines de millions d’euros à l’échelle du pays. » 

« La mobilité est un droit et doit être pensée pour toutes et tous. Une autre politique des transports est indispensable tant au niveau social qu’écologique », avance le porte-parole en matière de mobilité du PTB-go! « Une politique qui échappe aux lois du marché et développe l’offre de manière ambitieuse et rationnelle. Avec une offre en transports confortables, fortement développés et rapides.

Il est injuste de pénaliser les automobilistes tant qu’on ne travaille pas à développer des alternatives à la voiture attractives et bon marché. Nous plaidons pour un masterplan pour les transports publics. Avec comme axes forts :

- Redévelopper l’offre SNCB (plus de lignes, plus de trains). Assurer, en cofinancement avec le gouvernement fédéral, le développement des infrastructures ferroviaires, y compris les petites lignes et les petites gares.

- Étendre l’offre et les horaires des TEC avec une attention particulière portée aux zones rurales, les hôpitaux, les maisons de repos et de soins et autres lieux collectifs. Tout en menant une politique d’aménagement du territoire qui cherche à éviter la dispersion de l’habitat.

- Accroître le nombre de sites, de bandes ou pistes de circulation qui donnent la priorité aux transports en commun.

- Assurer l’accès aux zones de travail, en particulier l’accès aux zonings par des lignes régulières de transport collectif. Conditionner les décisions en matière de localisation des entreprises à un plan de mobilité rationnel et respectueux de l’environnement. Encourager le système du tiers payant appliqué à l’abonnement domicile-travail des transports en commun. »

Germain Mugemangango propose en outre « un titre de transport unique sur les quatre réseaux (TEC, STIB, De Lijn, SNCB) et de diminuer les prix des transports en commun ».

« On devrait commencer, dans l’immédiat, par geler tous les tarifs. Évaluer les conséquences des augmentations récentes sur la mobilité des pensionnés disposant de ressources proches des seuils Omnio et BIM et restaurer la gratuité pour les plus de 65 ans en cas d’effets négatifs.

Les travailleurs sans emploi doivent avoir accès à la mobilité de base. Une étude sur le coût réel de l’introduction de la gratuité généralisée dans les TEC et sur les gains que cela pourrait générer en termes de mobilité, d’environnement, de santé publique et de sécurité devrait être faite », conclut Germain Mugemangango.

 

Lire ici le programme complet sur la mobilité 

Ajouter un commentaire