Pensions

« Le gouvernement sait très bien que la mesure qui vise à priver les chômeurs de 50 ans et plus et les prépensionnés de 165 euros par mois pour leur pension est non seulement injuste, mais aussi illégale », ont réagi Peter Mertens, président du PTB, et Kim De Witte, spécialiste pensions du PTB dans une carte blanche parue sur LeVif.be.

Le Conseil des ministres a aujourd’hui reconfirmé sa réforme des pensions pour les chômeurs de plus de 50 ans. « Nous voulons récompenser les gens qui travaillent », se défend le Premier ministre Charles Michel. Pour la présidente de l’Open Vld Gwendolyn Rutten, « personne ne sera perdant, avec ce gouvernement, vous allez toucher plus de pension ». « Il semble que le Premier ministre, le président de l’Open Vld et le ministre des Pensions souffrent d’amnésie collective », répond le président du PTB Peter Mertens.

Parmi le paquet de mesures antisociales que le gouvernement a prises cet été figure la réforme du calcul des pensions pour les périodes de chômage pour les plus de 50 ans et les prépensionnés. Celle-ci implique une perte de jusqu’à 165 euros pour de nombreuses personnes. Pour le PTB, cette mesure est injuste, mais également illégale.

Pour les millions de citoyens de ce pays, les pensions ont été réformées en 36 jours à peine. Pour les parlementaires, la discussion s'est éternisée pendant plus de deux ans. Grâce à la pression, notamment du PTB, les choses semblent bientôt devoir changer. Le Parlement fédéral va voter une nouvelle réglementation des pensions, comme l’a fait le Parlement flamand. « Tous les parlementaires qui siègent aujourd'hui pourront toujours prendre leur pension anticipée », dénonce néanmoins Kim De Witte, le spécialiste pensions du PTB.

Le PTB lance aujourd'hui un compteur indiquant depuis combien de jours, d'heures et de minutes les parlementaires discutent déjà sur la réforme des privilèges des ministres et des parlementaires en matière de pension. Ce lundi 3 juillet, ce compteur vient de franchir le cap des deux ans et il continue de tourner. 

Une nouvelle étude du PTB démontre que le montant des pensions légales en Belgique est très bas comparé à celui des pays voisins. « L’écart par rapport à nos voisins va jusqu’à 48 % », explique le spécialiste des pensions du PTB, Kim De Witte. « Et cet écart risque de se creuser davantage avec les nouvelles mesures prises par le gouvernement Michel ».

Après « l’affaire Bracke » concernant son cumul de mandats, après son interview d’hier à la RTBF qui constitue un déni flagrant de renouveau politique et un court-circuitage de la Chambre dans un dossier où il est personnellement concerné, voici un troisième grave dérapage : sa gestion illégale et incompétente de la Caisse de pension des députés.

En juillet 2015, le PTB lançait un pavé dans la marre : les parlementaires votent des lois pour nous faire travailler plus longtemps mais eux peuvent partir à la pension à 55 ans. Ils ont promis qu’une réforme allait venir.

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) annonçait en décembre que tout le monde pouvait désormais racheter ses années d’études pour avoir plus de pension. « En trois ans, l’investissement est récupéré », promettait-il. Kim De Witte, spécialiste des pensions du PTB, constate que « dans de très nombreux cas, il faut cinq, six ou même dix-huit ans avant de récupérer son investissement ».

Le lundi 16 janvier, le Parlement flamand annonçait un accord sur la pension des parlementaires. Pour tous les parlementaires élus pour la première fois en 2019, l’âge de la pension sera progressivement relevé à 67 ans et la durée de la carrière à 45 ans.

Pages