FGTB

Le ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V), veut casser la lutte contre sa réforme du marché du travail. « Tout cela n’est pas très grave » et « on peut encore négocier sur tout », explique-t-il. Fin 2014 et début 2015, il s’y était déjà pris de la même façon. Mais beaucoup de syndicalistes en ont tiré les leçons.

Les premières grandes mesures du gouvernement ont été « concertées » avec les syndicats. Résultat ? Un nouveau passage en force du gouvernement. Les syndicats restent unis.

« Aujourd’hui, je suis à l’écoute », a dit le Premier ministre Charles Michel, au soir de la plus grande manifestation syndicale organisée depuis 30 ans. Mais a-t-il entendu les 120 000 manifestants de Bruxelles ?

Accompagnés par DJ Jos, une centaine de militants de la FGTB Anvers se sont rendus devant les bureaux de l’Unizo, organisation patronale flamande, ce lundi 3 octobre. Un échauffement avant la manifestation nationale de ce jeudi 6 à Bruxelles.

Partout en Europe, depuis cinq ans, on entend la même rengaine : « Créer plus de richesse via des économies sévères. » On se demande bien ce que cela nous a rapporté, écrit Peter Mertens dans son opinion publiée sur le site de l’hebdomadaire flamand Knack.be.

Dans une opinion parue sur levif.be – reproduite ici en intégralité, le président du PTB Peter Mertens explique pourquoi il soutient pleinement les actions syndicales du jeudi 6 novembre.

La cinquième édition de ManiFiesta, la fête de la solidarité organisée par Solidaire et Médecine pour le Peuple, aura lieu ce samedi 20 septembre, à Bredene (à côté d’Ostende). La Fête de la solidarité fera la part belle aux résistances en Europe, au monde du travail, à l’international…

Le 30 janvier dernier, la Centrale générale de la FGTB – dans le cadre d’une tournée des différents partis – a présenté à la direction du PTB ses « 10 points à trancher », ses 10 priorités pour les élections du 25 mai. 10 points convergeant avec le positionnement et l’action du PTB!

De nombreux syndicalistes figurent sur les listes PTB-go! (en Wallonie), PTB*PVDA-go! (à Bruxelles) et PVDA+ (en Flandre). Sept d’entre eux expliquent pourquoi.

55 000. C’est le nombre de chômeurs qui risquent d’être privés du droit aux allocations dès le 1er janvier 2015. Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB wallonne, demande au gouvernement de revoir sa copie.