Climat

« Nous ne séchons pas les cours, nous nous battons pour l'avenir. » Certaines directions d'écoles pourraient froncer les sourcils, mais ce slogan traduit bien le message des plus de 3 000 élèves qui ont fait grève ce jeudi 10 janvier pour manifester à Bruxelles pour le climat.

Il y a sur l'environnement des divergences de fond entre le PTB et les autres partis, dont Ecolo. Une de ces divergences concerne la taxe carbone. Pour le PTB, c'est une taxe injuste et inefficace sur le plan environnemental. Mais il y a aussi l'objectif de réductions de CO2 à atteindre d'ici 2030 et l'illusion que le climat peut être sauvé dans le cadre du marché.

Notre pays est touché par une des vagues de chaleur les plus longues et les plus chaudes de l'histoire de la Belgique. Ces phénomènes extrêmes se reproduisent de plus en plus souvent en raison du réchauffement climatique. Alors que nos décideurs politiques tentent de minimiser un accord climatique, le mouvement belge pour le climat, Climate Express, prévoit une importante mobilisation à Bruxelles, le 2 décembre.

Le PTB dépose une proposition de loi sur l'attribution des marchés publics pour l'achat de bus, trains et trams.

Des députés des différents Parlements du pays se chamaillent depuis quelques semaines pour adopter une déclaration interparlementaire à l’occasion du sommet international sur le climat (COP23) qui se tient à Bonn. Et ce projet de déclaration sert de paravent pour cacher l’absence d’engagements chiffrés ambitieux et contraignants et l’échec de la politique belge actuelle en matière de climat.

Jos D’Haese, spécialiste climat du PTB, était interviewé ce mardi 26 janvier sur La Première (RTBF) dans le cadre d’une émission sur la refédéralisation de certaines compétences. Un exemple de compétence qui pourrait revenir au fédéral ?

Pour la première fois, un accord international sur le climat engage tous les pays à réduire leurs émissions de CO2 afin de maintenir une planète durable. Sous la pression des pays du Sud, cet accord se fixe aussi explicitement l'horizon de contenir le réchauffement de la température moyenne « bien en dessous de 2 ° » par rapport à son niveau pré-industriel, et accepte de « poursuivre ses efforts » pour la limiter à 1,5 °C.

Selon le Premier ministre Charles Michel, les Belges seraient « les plus ambitieux » de tous les Gaulois en matière de politique du climat. Rien n'est moins vrai. Le menu pour le climat concocté par nos gouvernements est en effet immangeable. Des économies sur le dos de la SNCB en entrée, un gros cadeau aux monopoles nucléaires en plat de résistance, un accord honteux sur le climat en dessert, et Uplace comme pousse-café. La politique devrait avoir le courage de passer la laisse au cou des grands lobbys pour enfin s'atteler enfin aux problèmes des besoins écologiques et sociaux.

14 000 manifestants se sont réunis et ont marché à Ostende pour le climat à l 'appel du Climate Express. La marche, suivie par une chaîne humaine tout le long de la plage d'Ostende, a montré la détermination des citoyens à exiger des actes forts pour sauver la planète. 

Les effets du changement climatiques ne s'arrêtant pas à la frontière linguistique, le PTB propose de refédéraliser les compétences liées au climat.

Pages