Molenbeek-Saint-Jean

Le PS a donc choisi l’alliance avec le MR. Ce ne sera donc même pas une alliance PS-Ecolo-cdH-Défi qui était pourtant possible. Comme à Verviers, comme à Binche, comme en Province de Liège… s'allier avec le MR fait partie de la stratégie d'ensemble du Boulevard de l'Empereur (siège du PS). Les négociations PS-PTB-Ecolo étaient-elles une mascarade organisée ? Les négociateurs du PTB reviennent sur les coulisses de ces discussions...

Dirk De Block, chef de file du PTB Molenbeek, réagit à l'annonce de la majorité PS-MR dans sa commune : « L'alliance avec le MR était inscrite dans les astres. Ce ne sera donc même pas l’Olivier qui était mathématiquement possible… Contrairement aux apparences, Catherine Moureaux n'a jamais voulu négocier avec le PTB mais voulait transférer la responsabilité de son accord avec le MR sur le PTB. La ficelle est un peu grosse. C’était donc une mascarade organisée. »

En envoyant sept élus du PTB au conseil communal de Molenbeek, les habitants ont envoyé un signal fort. Contre la majorité sortante menée par Françoise Schepmans (MR). Mais aussi pour ne pas simplement retourner au passé d’avant 2012. C’était avec cette volonté de rupture exprimée par les électeurs et électrices molenbeekois·es que le PTB a entamé les négociations avec le PS et Ecolo, au lendemain du 14 octobre… sans succès.

Après avoir analysé la situation, le bureau de la section du PTB Molenbeek a décidé de se retirer des discussions en vue de la formation d’une majorité PS-PTB-Ecolo à Molenbeek. Cette décision a été annoncée officiellement en face à face lors de la discussion prévue ce jeudi avec Catherine Moureaux.

Le 25 juin 2015, le conseil communal adoptait une motion de boycott des sociétés qui ne respectent pas le droit international, dont celles qui contribuent à l’occupation des territoires palestiniens. Un groupe de travail vient d’aboutir à un texte légal. Entretien avec celui qui a été à l’initiative de ce combat, le conseiller communal PTB Dirk De Block.

Le Plan Canal contre le terrorisme et la radicalisation du ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) est présenté aujourd’hui au gouvernement. « Ce plan s’inscrit dans une généralisation de la surveillance, ce qui serait inefficace pour vraiment s’en prendre aux individus dangereux, et il ne contient aucun élément permettant de combattre les idées des djihadistes et les recruteurs », estime Dirk De Block, président du PTB Bruxelles et conseiller communal à Molenbeek.

Vous avez été 6000 à Bruxelles et 40 000 dans tout le pays à y avoir répondu, merci à tous d’avoir participé !
La pauvreté qui augmente, l’emploi, l’enseignement, le logement, … soyez les bienvenus pour découvrir ce que les Bruxellois ont choisi comme problèmes prioritaires et comme solutions. Venez aussi poser toutes vos questions sur les propositions du PTB.
Envie d'en parler avec d'autres ? 

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement. « Rue-Conseil-rue », tel est le principe de base des conseillers communaux PTB. Ils se mobilisent avec les habitants de la commune (d’un quartier, d’une rue...) pour porter leurs questions, thèmes et revendications au conseil communal. Et ils reviennent ensuite vers les habitants pour communiquer les résultats, rendre compte de la situation et repartir à l’action. Petit tour d’horizon de certains élus des communes wallonnes et bruxelloises.

Une des clés du succès du PTB aux élections communales de 2012 a été le travail avec une enquête électorale. A Anvers, Liège, Charleroi, Schaerbeek… partout les membres du PTB ont arpenté les rues, fait du porte-à-porte, etc. et demandé l’avis des citoyens sur leurs priorités et les revendications proposées par le PTB sur le terrain communal. L’enquête a permis d’avoir une première discussion sur notre programme et d’entrer en contact avec des personnes qui se sont engagées par la suite dans la campagne. 

Pages