Etats-Unis

Les traités de libre-échange avec le Canada (CETA) et les États-Unis (TTIP) ont été soutenus par la majorité aujourd’hui à la Chambre. Il reste jusqu’au 13 mai pour inverser la vapeur.

Un mois après que les députés PTB Raoul Hedebouw et Marco Van Hees aient déposé une proposition de loi organisant la suppression des intérêts notionnels, voici que les États-Unis enfoncent un fameux clou contre cet immense cadeau aux multinationales. Pour rappel, le PTB a révélé qu'en dix ans (depuis 2006), le montant du cadeau a atteint 40 milliards d'euros.

Bernie Sanders est tout ce que les politiciens réalistes autoproclamés de ce continent ne sont pas. Il vise ceux du haut, il ose aller à contre-courant et il formule de nouvelles solutions qui sortent du statu quo existant. Nous pouvons nous réjouir qu'il apporte du dynamisme et de nouveaux thèmes dans l'élection présidentielle américaine.

Dans une lettre ouverte, Denise Bauer, ambassadrice des États-Unis en Belgique, met la pression sur le gouvernement belge. Selon elle, la Belgique devrait investir plus dans l’armement. Ce qui revient à dire : « Pas d’argent pour vos pensions, mais pour nos avions. »

Au parlement wallon le PTB soutiendra la résolution de la majorité demandant une suspension des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP). « Même si nous voulons plutôt un arrêt complet des négociations et que nous avons déposé un amendement dans ce sens, une suspension serait clairement un premier pas dans la bonne direction a expliqué le député wallon PTB Frederic Gillot. Tout ce qui permet d'entraver ces traités de libre-échange et de casse de nos droits sociaux mérite notre appui ».

Dans un « ordre exécutif » du 9 mars, le président des États-Unis Barack Obama a déclaré une « urgence nationale » par rapport à la situation au Venezuela. Celle-ci présenterait une « menace inhabituelle et extraordinaire » pour la sécurité des États-Unis et sa politique étrangère. Quelle est donc cette « situation » dont parle Obama ? Et que veut dire cet « ordre exécutif » ?

Raoul Hedebouw, député fédéral du PTB, se réjouit de la normalisation des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba: "C'est le résultat de plus de 60 ans de lutte d'un peuple de seulement 10 millions d'habitants."

Quelque 2000 personnes ont participé à l’action d’encerclement du sommet européen ce vendredi 19 décembre à l’appel de l’Alliance D19-20. Agriculteurs, syndicats, ONG, associations, citoyens… ils étaient nombreux à s’être mobilisés contre le TTIP, le traité de libre-échange négocié en secret entre l’Union européenne et les États-Unis, qui menace nos normes sociales, écologiques et alimentaires. Le PTB était bien présent.

Ce vendredi 19 décembre aura lieu la deuxième journée du sommet européen autour du TTIP, le Traité Transatlantique de libre-échange, qui menace nos normes sociales, écologiques et sanitaires. À cette occasion, l’alliance D19-20 organise un rassemblement pacifique pour encercler le sommet européen. Le PTB soutient cette mobilisation citoyenne et sera présent à ce rassemblement.

La partie de l’accord de gouvernement consacré à la Défense et aux Affaires étrangères se caractérise par une série de mesures prenant une hypothèque sur l’avenir. Dans le domaine de la Défense, le gouvernement suit les diktats budgétaires et militaires de l’Otan, avec un important volet investissements. Dans le domaine du Commerce extérieur, on retrouve des engagements importants par rapport à l’accord de libre-échange avec les États-Unis (TTIP) et concernant explicitement l’alliance militaire. Dans le domaine de la Coopération au développement, nous assistons, d’une part, à des coupes budgétaires importantes et, d’autre part, à l’envie d’utiliser cette Coopération au développement comme un outil, non pour le développement de pays du tiers monde, mais bien pour les buts économiques et politiques de l’establishment. Analyse de notre service d'études.


Pages