ArcelorMittal - Liège

La facture des fermetures décidées par Mittal dans le bassin liégeois pourrait être plus salée encore que prévu pour la commune sérésienne. En effet, Mittal aurait enclenché un mécanisme fiscal demandant le remboursement de taxes payées par la multinationale à la commune. Le montant pourrait au final atteindre 8 millions d’euros.

« Avec l’annonce de cette fermeture, la Région wallonne doit prendre ses responsabilités au lieu de se lamenter », a déclaré Frédéric Gillot, député régional pour le PTB à l’annonce de la fermeture de la cokerie.

C’est aujourd’hui que seront probablement signées les conventions autour du dossier Mittal. L’heure est maintenant au bilan : noir et plombé comme ce ciel de février.

L’un est Limbourgeois, l’autre est Liégeois. L’un a grandi dans une cité minière, l’autre dans un village. L’un travaille chez Ford, l’autre à ArcelorMittal. L’un est délégué CSC, l’autre FGTB. L’un parle flamand et italien, l’autre français et wallon. L’un s’appelle Gaby Colebunders, l’autre Frédéric Gillot. L’un et l’autre défendent une classe, celle des travailleurs. L’un et l’autre seront têtes de liste PTB en mai pour les élections régionales. Interview croisée. 

Depuis hier, la direction d’ArcelorMittal rencontre les travailleurs les uns après les autres. Certains ont la très mauvaise surprise de recevoir leur C4 alors que la direction a annoncé à d’autres collègues de travail, mis en prépension, qu’ils allaient être rappelés en renfort sur les sites avec des contrats CDD. En tout, ce sont plus de 314 prépensionnés qui vont être rappelés pour une période de quelques mois à 4 ans. Alors que d’autres reçoivent leurs C4.