Environnement

Le débat sur le soutien public au photovoltaïque et des certificats verts a déjà fait couler beaucoup d’encre. Herwig Lerouge, du service d’études du PTB, essaie de clarifier les enjeux du débat et formule des alternatives.

« On ne sauvera pas le climat en achetant de l’air non pollué en Pologne. La Belgique doit investir dans des énergies vertes abordables et répartir les coûts équitablement », estime Tom De Meester, spécialiste PTB des questions énergétiques et tête de liste à la Chambre en Flandre Orientale.

Ce dimanche 9 mars, trois ans après la catastrophe de Fukushima, aura lieu à Bruxelles une manifestation pour la sortie de l’énergie nucléaire. Une urgence, pour les organisateurs ; irréaliste et cher, selon les opposants. Il est plus que temps qu’un vrai débat soit mené sur notre approvisionnement en énergie, le marché libre et le passage aux énergies renouvelables.

« La démocratie est un processus continu de questions-réponses », déclarait Peter Mertens lors de la présentation des résultats de l’enquête électorale du PTB. C’était tout le sens de cette démarche, dans laquelle 41 420 personnes se sont exprimées sur leurs priorités et sur les propositions du PTB. Voici un aperçu de ce qu’il en est ressorti. 

Du 15 au 18 novembre 2013, 700 Belges sont allés en train à Varsovie pour manifester pour le climat. Parmi eux, 130 militants de Comac et du PTB. Petit résumé de ce riche week-end en vidéo.

Lors du sommet international sur le climat, 2 000 manifestants ont marché dans les rues de Varsovie. Parmi eux, plus de 700 Belges, qui ont fait entendre la voix de ceux qui subissent les premiers et le plus durement les conséquences du réchauffement climatique. Alors qu’ils ne sont pour rien dans ses causes.

Imaginez une ville côtière de la taille de Liège avec des habitations en bois et en tôles ondulées. Avec des vents de 380 km/h et des vagues de 15 mètres de haut.

Le PTB+ se réjouit de l’annulation de ces amendes : « Au conseil communal, nous sommes le seul parti qui s’oppose de manière permanente et conséquente à ces sanctions administratives communales (amendes SAC), à l’arbitraire et au concept d’ "incivilités" pour museler la liberté d’expression, déclare Peter Mertens. Grâce à la résistance des manifestants eux-mêmes, à l’aide d’avocats progressistes et à nos interventions au conseil communal, les autorités communales laissent tomber ces amendes. C’est une bonne chose. »

Pages