PTB

Vendredi 24 janvier 2014, plus de deux cents personnes à la réception du nouvel an du PTB province de Liège. Premier résultat de la grande enquête nationale du PTB.

« Il est des rendez-vous qu’il ne faut pas manquer… Le 25 mai 2014, pour la première fois depuis longtemps, la gauche de gauche aura la possibilité de faire élire des représentant-e-s au Parlement fédéral et dans les Régions. Aujourd’hui, la fracture sociale qui mène jusqu’à la pauvreté et la destruction de l’environnement nous impose un choix radical (...) Nous nous engageons dans cette dynamique. C’est pourquoi nous avons décidé d’appeler à voter en faveur des listes PTB-go! (Gauche d’Ouverture) qui regroupent autour du PTB des personnalités indépendantes, des militants syndicaux et associatifs et d’autres forces de gauche (le PC et la LCR). » C’est ainsi que commence l’appel lancé ce matin (et que vous pouvez retrouver sur www.gauchedouverture.be) par une quinzaine de personnalités et de syndicalistes en vue des élections du 25 mai prochain. Parmi celles-ci, on notera des personnalités politiques (e.a. Josy Dubié), intellectuelle (e.a. Hugues Le Paige), culturelle (e.a. Fabrice Murgia) ou encore académique (e.a. Isabelle Stengers). Fait politique majeur dans cette sortie de ce matin, le soutien de l’ensemble du Comité permanent de la régionale FGTB de Charleroi qui trouve d’ailleurs sa concrétisation avec la présence de Christian Viroux (ancien n°1 de la Centrale générale Charleroi) dans les initiateurs de l’appel. Dans cette même dynamique syndicale, on retrouve également parmi les initiateurs Irène Petre et Fabrice Epis, tout deux anciens responsables syndicaux de la centrale des employés CNE à Bruxelles.

Le 25 mai 2014, pour la première fois depuis longtemps, la gauche de gauche aura la possibilité de faire élire des représentant-e-s au parlement fédéral et dans les régions. Aujourd'hui, la fracture sociale qui mène jusqu'à la pauvreté et la destruction de l'environnement nous imposent un choix radical. Une voix qui propose des alternatives sociales et écologiques et relaie les luttes sociales sur le terrain.

« C’est promis, dès le 26 mai, on réservera de plus grandes salles pour les conférences de presse ! » a lancé Raoul Hedebouw. Personnalités progressistes et journalistes s’étaient entassés dans le petit café du centre de Bruxelles où a eu lieu la conférence de presse de lancement de l’initiative PTB-go! (pour Gauche d’Ouverture) en vue des élections du 25 mai prochain. L’ambiance y était optimiste pour la gauche.

Tom De Meester, le « chien de garde » du PTB dans le domaine de l’énergie et auteur de l’ouvrage Opgelicht. De energiezwendel van Electrabel & co, qui analyse le « hold-up » effectué par les grandes multinationales sur le citoyen, sera tête de liste PTB+ pour la Chambre en Flandre-Orientale, en tandem avec la syndicaliste Sonja Welvaert. Pour le Parlement flamand, c’est le conseiller communal de Zelzate Dirk Goemaere qui tirera la liste, avec Nele Van Parys, représentante des étudiants à l’Université de Gand.

Mardi matin, lors d’une conférence de presse, le PTB présentait les résultats tant attendus de sa grande enquête électorale. Constat surprenant : l’attention requise sur la pauvreté par les 41 420 personnes interrogées. « La lutte contre la pauvreté, l’emploi et un avenir pour les jeunes sont les trois thèmes les plus récurrents. Et les participants veulent que ces thèmes soient abordés à partir de la philosophie “les gens d’abord, pas le profit” », a expliqué le président du PTB, Peter Mertens.

Ce matin, le PTB a présenté à la presse les résultats de la grande enquête électorale qu'il a effectuée auprès de 41.420 Belges. Voici un aperçu des données les plus marquantes.

Le 19 janvier, le président du PTB, Peter Mertens, était l’invité politique du journal télévisé de VTM. Lors des élections communales de 2012, Peter Mertens avait créé la surprise à Anvers, en obtenant près de 9000 voix de préférence et devenant ainsi le 4e politicien le plus populaire de la métropole.

L'annonce que le sidérurgiste liégeois Frédéric Gillot allait tirer les listes du PTB lors des élections en mai prochain a eu un écho dans la presse, y compris au nord du pays. « Un ouvrier au Parlement » titre l'un, l'autre mettant en avant les raisons du candidat d'avoir quitté le PS. De Standaard annonce pour sa part une lutte électorale enflammée avec un PTB qui peut mordre des pourcents importants au PS.

Pages