PTB

Un an après les élections communales, nous jetons un coup d’oeil en arrière sur le travail des élus du PTB lors de l’année écoulée. Dans 7 districts de la ville d'Anvers, le PTB a obtenu des élus. Nous leur donnons la parole : sur la soupe dans les écoles, les plans de fermeture de jardins d'enfants et de parcs, les locaux d'une association de jeunes, les logements sociaux, les transports en commun...

Lundi 6 janvier 2014, 20 militants du PTB+ se rassemblaient aux portes d’AB InBev pour dénoncer la politique fiscale de la Ville de Louvain et du gouvernement fédéral. Il faut savoir que ceux-ci ont offert à AB InBev un cadeau royal de nouvel an…

Vous n’avez pas ressenti ça ? Cette impression de se réveiller en 2014 dans un autre monde ? « Les milliardaires ont engrangé 524 milliards de dollars supplémentaires en 2013 », écrit un journal économique.

Ces derniers mois, dans toutes les provinces du pays, le parti de gauche PTB a récolté pas moins de 41 420 enquêtes. Un sacré exploit quand on sait qu’un sondage moyen, dans notre pays, s’adresse à quelque 2 000 personnes à peine. Avec son enquête, le PTB a sondé l’impact de diverses propositions concernant dix thèmes politiques, allant de la pauvreté à l’emploi, en passant par la démocratie. À l’enquête, il a été répondu aussi bien par écrit que par le biais d’Internet.

« Avant, je pensais que la pauvreté et la richesse relevaient de la responsabilité de l’individu et non de la société, et que la sécurité sociale n’était pas nécessaire. » C’est ce qu’écrit Joost dans une lettre adressée à Peter Mertens, président du PTB. Il y explique comment il changé de point de vue et constaté que c’est l’idéologie de droite qui a mené à la crise actuelle.

Jeudi 12 décembre, plus de 650 personnes se sont entassées dans la salle Le Manège, à la caserne Fonck, Liège, pour assister à une soirée qui sera rythmée par des interventions diverses, émues, enthousiastes et amusantes, entrecoupées d'intermèdes musicaux toujours marqués par la critique sociale et l'appel à la lutte. Au centre de la soirée, Première à gauche, le nouveau livre d'entretien de Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB.

Beaucoup ont appris à le connaître à l’occasion d’une des ses interventions dans les médias. Raoul Hedebouw sort son livre. Un livre-entretien réalisé par Gilles Martin, son éditeur. Un livre politique évidemment mais aussi plein d’humour et de franc-parler. « Première à gauche » permet de découvrir les différentes facettes de l’engagement du porte-parole national du PTB. Les combats classiques du PTB y sont évoqués (la médecine gratuite, la fiscalité…) mais aussi de aspects moins connus comme la lutte pour l’environnement ou la lutte contre les discriminations. Attention la lecture n’est pas sans danger. L’enthousiasme de Raoul Hedebouw et ses convictions sont contagieux. Interview.

A Anvers, le PTB est en pleine forme. Ce qu’ont pu constater les quelque 500 personnes venues assister à la dynamique présentation multimédia du président du parti, Peter Mertens. Lors de ce meeting « Go Left » (à gauche, toute !), il a dressé un état des lieux éclairant de notre pays. Et réaffirmé l’ambition de voir le PTB entrer au Parlement.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement. « Rue-Conseil-rue », tel est le principe de base des conseillers communaux PTB. Ils se mobilisent avec les habitants de la commune (d’un quartier, d’une rue...) pour porter leurs questions, thèmes et revendications au conseil communal. Et ils reviennent ensuite vers les habitants pour communiquer les résultats, rendre compte de la situation et repartir à l’action. Petit tour d’horizon de certains élus des communes wallonnes et bruxelloises.

Pages