Terrorisme

Le gouvernement belge envisage d’étendre ses bombardements, actuellement limités à l’Irak, à la Syrie. Après les attentats de Bruxelles, ce serait le pire chemin à prendre. Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations Unies en Syrie : « La tragédie de Bruxelles nous rappelle que nous n’avons plus de temps à perdre. Nous devons éteindre le feu de la guerre en Syrie. Pour combattre le terrorisme, la meilleure formule est de trouver une solution politique en Syrie. » 

Ibrahim El Bakraoui, le kamikaze de Zaventem, aurait pu être arrêté bien avant les attentats de Bruxelles. Les frères Abdeslam auraient pu être surveillés de près bien avant les attentats de Paris. La politique antiterroriste du gouvernement nous protège-t-elle vraiment du terrorisme ?

Un Raoul Hedebouw serein mais clair au Parlement : « “Daech, casse-toi, Bruxelles n’est pas à toi”, chantaient des jeunes bruxellois hier à la Bourse. Les événements de mardi sont des actes inqualifiables, barbares. Des hommes, des femmes, des enfants de toutes les communautés ont été durement touchés. Que s’est-il passé ? Aurions-nous pu empêcher tout ça ? Pour faire notre deuil, nous avons le droit à l’information. Nous ne pouvons éviter un débat de fond sur la double morale de notre politique internationale. La commission d’enquête ne peut pas devenir une opération oubliettes. »

El martes 22 de marzo, el terrorismo ciego del estado islamico (ISIS) mandó sus ondas de choque a Bruselas y más allá.

Visuel à télécharger et à diffuser sur les médias sociaux.

Peter Mertens, président du PTB, a réagi aux attentats de Zaventem et du métro Bruxellois. « Entre la stupéfaction et la colère. Toute la journée, mon téléphone a sonné, avec des notifications de mes amis qui signalaient être « en sécurité ». Et à chaque fois, le monde s’est arrêté. »

Peter Mertens, président du PTB : « Horreur et choc après les attentats à Bruxelles. Mes pensées vont aux victimes et leurs proches. Et aux services d’ordre et de secours qui sont sur place.

Suite aux attentats du 13 novembre à Paris, le gouvernement a lancé un plan de 18 nouvelles mesures de lutte contre le terrorisme. Le service d'études du PTB a analysé chacune de ces 18 mesures. Cette étude montre que les mesures proposées s’avèrent inefficaces, parfois inutiles et peuvent s’avérer dangereuses pour les droits démocratiques.

Présenté vendredi 5 février au gouvernement, le plan Jambon, et notamment son volet bruxellois, le « plan Canal », soulève beaucoup d’inquiétudes. Avec une généralisation de la surveillance et l’absence d’éléments permettant de lutter contre les idées des djihadistes et les recruteurs, l’efficacité réelle du plan est loin d’être assurée.

Depuis les attentats de Paris, le débat sur la déchéance de nationalité agite la politique française. En Belgique, une loi élargissant les possibilités de déchéance de nationalité a été adoptée en juillet. Et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon veut même aller plus loin, sur l'exemple français. Or, en plus d'être discriminatoire, cette mesure est inefficace pour lutter contre les actes terroristes.

Pages