Terrorisme

«  Le niveau d’alerte est maintenau au niveau 4 jusque lundi prochain. Mais avec des mesures au niveau ... 3,5. Le PTB comprend l’angoisse causée par un risque d’un attentat peut-être imminent. Mais, plus les jours passent, plus les questions s’accumulent », pointe David Pestieau, le vice-président du PTB.

On ne peut accepter que des jeunes de nos quartiers deviennent des djihadistes. Pour remédier au problème, il faut éviter les solutions simplistes. Des pistes sérieuses existent. Dirk De Block, conseiller communal à Molenbeek et président du PTB-Bruxelles, nous présente son plan pour lutter contre l'embrigadement djihadiste. 

Le groupe terroriste Etat islamique ne dispose pas de fabrique d'armes. Quant à son pétrole, il doit bien le vendre à quelqu'un. Qu'attendons-nous pour couper l'oxygène à l'EI ? En fermant le robinet d'arrivée d'argent et d'armes, et en mettant fin aux liens avec l'Arabie saoudite. Tant que nous ne ferons pas cela, cette situation schizophrénique se poursuivra.

Ils dansaient ensemble pour la paix. Quelques instants plus tard, une bombe explosait en plein milieu de la foule. Ce samedi 10 octobre, plus de 90 manifestants ont été tués à Ankara, la capitale de la Turquie, et 250 à 500 personnes blessées.

Le PTB s’oppose aux plans du gouvernement d’envoyer, à la demande des États-Unis, des militaires belges en Irak. L’envoi de troupes cadre dans une escalade de la participation belge à la guerre en Irak. La décision du gouvernement est à côté de la plaque, contre-productive et dangereuse. Pour vraiment mettre un terme à la violence au Moyen-Orient, c’est maintenant qu’il convient de renverser la vapeur.

Au lendemain des attentats de Paris, le gouvernement belge s’est empressé de voter 12 mesures de sécurité. Si la plus visible reste le déploiement de l’armée, le gouvernement entend également pouvoir retirer la nationalité, élargir les possibilités d’écoutes téléphoniques et renforcer la législation antiterrorisme. « Toutes ces mesures ne sont pas sans danger », prévient le député PTB Raoul Hedebouw, à propos de l’échange de vues sur la lutte contre le terrorisme et le radicalisme au parlement ce mercredi 21 janvier. « Si elles ne sont pas appliquées correctement, ces mesures pourraient devenir une menace pour nos droits démocratiques ».

A Anvers et à Bruxelles, l'armée surveille dorénavant des cibles stratégiques. Entre-temps, la Belgique continue à livrer des armes à l'Arabie saoudite, l'un des plus importants financiers du djihadisme salafiste d'extrême droite. C'est une double morale qui est en vigueur, écrit Peter Mertens, dans son opinion parue sur levif.be. Il est plus qu'urgent de revoir notre politique étrangère.

L’attentat à Charlie Hebdo a bouleversé la France et le monde. La réponse sera soit sécuritaire et basée sur l’exclusion de l’autre, soit dans la défense d’une société inclusive et solidaire.

« Ensemble contre la haine », « Samen tegen haat », c’est derrière ce mot d’ordre que se sont regroupées plus de 20 000 manifestants dans les rues de Bruxelles. Au même moment, 3 000 personnes étaient également rassemblées dans une marche silencieuse à Gand. Des marches appelant à l’unité et au vivre-ensemble. Photos de Vinciane Convens (Bruxelles) et Tom De Meester (Gand)

Le PTB soutient toutes les initiatives citoyennes qui sont organisées contre la haine, pour la liberté d’expression et la tolérance et appelle ses membres et ses sympathisants à être présents aux suivantes.

Pages