Logement

Durant les élections communales, le PTB a notamment fait campagne sur l’idée d’imposer 30 % de logements sociaux dans les grands projets immobiliers privés. Une proposition jugée complètement irréaliste par le PS lors des négociations. Mais, le 14 novembre dernier, on apprenait que les socialistes déposaient une proposition de décret dans ce sens au Parlement Wallon. « On voit que les idées du PTB percolent jusque dans les rangs du PS, nous ne pouvons que nous en réjouir », commente Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

Vivre dans un logement de qualité est droit humain fondamental. Mais, entre la théorie et la pratique, il y a souvent un grand écart. C’est pourquoi le PTB propose des solutions concrètes afin de rendre ce droit effectif pour tous. Parmi celles-ci : imposer un tiers de logement public dans les grands projets immobilers.

Dans son discours à ManiFiesta, le président du PTB, Peter Mertens, a précisé les priorités nationales du parti de gauche pour les élections : la pauvreté et le logement. Il a également affirmé son soutien à la lutte pour nos pensions, détaillé les objectifs électoraux du PTB et réagi à la vague de racisme et aux révélations sur le groupe d'extrême droite flamand Schild en Vrienden : « Nous ne tolérerons jamais le racisme, le colonialisme, le sexisme. No pasarán ! Il est temps pour la solidarité. »

L’équipe liégeoise du PTB est dans les starting-blocks : la campagne électorale est lancée. Avec Raoul Hedebouw, le porte-parole national du PTB, comme pousseur de liste, et la conseillère communale Sophie Lecron en tête. Et tous deux avec des traits rouges sur les joues, symboles de combativité.

Le PTB s'oppose à l'arrêté locatif wallon du 28 juin dernier et demande au gouvernement d'assumer sa responsabilité de fournir à chacun un logement de qualité par un plan de financement de construction et de rénovation de logements à la hauteur des besoins actuels et à venir des wallons.

Ces 16 et 17 juin, le PTB a lancé sa campagne électorale en vue des élections communales. De Liège à Anvers en passant par Charleroi, Hasselt et Gand, les militants du PTB sont sur les starting blocs pour reconquérir les villes et communes par la mobilisation, pour en faire des projets à la mesure des gens et pas des promoteurs bling-bling.

Des politiciens et des promoteurs immobiliers vont se retrouver, comme chaque année, au bord de la Côte d’Azur pour négocier l’avenir de nos villes, loin de leurs habitants. Et loin des besoins de ceux-ci. Mais une autre vi(ll)e est possible, si on en donne les clefs aux citoyens.

La Belgique est dotée de bonnes lois contre les discriminations. Malheureusement, leur application laisse à désirer. Telle est la conclusion avancée par les experts en Commission parlementaire. « L’autorégulation contre la discrimination, ça ne marche pas, a défendu le député PTB Raoul Hedebouw à la Commission. Seuls des testings permettront de contrôler les entreprises et de les sanctionner si la discrimination est avérée. »

Le PTB s’est rendu à Paris ce lundi 22 mai pour tirer des leçons de la politique de logement parisienne. Depuis deux ans, les loyers se sont stabilisés dans la capitale française. Les investissements privés ne chutent pas. Et grâce à l’intervention de la mairie, il y a 7 000 logements sociaux en plus chaque année.

Dans le cadre de sa campagne « Baissons les loyers », le PTB en Région bruxelloise a présenté à la presse son calculateur des loyers. Avec ce constat : dans la capitale, les locataires paient en moyenne 150 euros de trop.

Pages