Rédaction en ligne

 
 

Alors que l’État est actionnaire majoritaire de Proximus, le statut d’« entreprise publique autonome » empêche le politique d’intervenir dans la gestion de la société. Le PTB veut donc permettre au gouvernement ou au parlement d'annuler une décision d'une entreprise publique lorsque cette décision représente une menace sérieuse contre l'intérêt général, en ce compris les intérêts du personnel de l'entreprise.

Peter Mertens, président du PTB, était présent aujourd’hui à Anvers pour soutenir la campagne de la FGTB réclamant un salaire minimum de 14 euros de l’heure, soit 2300 euros bruts par mois. Le PTB fera de cette revendication un point clé de son programme électoral pour les élections de mai prochain.

Le PTB participera à nouveau à la majorité dans le district anversois de Borgerhout, aux côtés de Groen et du sp.a. Le 8 janvier, Ben Van Duppen, 29 ans, a prêté serment en tant qu'échevin.

Raoul Hedebouw (PTB) a réagi immédiatement à l’annonce d’un plan (anti) social annoncé chez Proximus : « Il est inacceptable. La digitalisation doit servir à soulager le travail, pas à en priver 2000 personnes. » Vu les bénéfices, on peut parler de licenciement boursier. Et les questions fusent sur le rôle des représentants politiques de l'État dans Proximus.

L'année écoulée a été particulière, et celle qui commence ne manquera pas non plus de défis. Pour fêter le Nouvel-An et regarder ensemble de l'avant, le PTB invite ses membres et sympathisants à ses réceptions de Nouvel-An. Raoul Hedebouw sera présent à ces réceptions.

Ce 8 janvier est le jour où les CEO des sociétés belges cotées en bourse ont gagné autant qu'un salarié moyen en une année. Ce jour est tombé après seulement 5,67 jours de travail.  Les CEO ont gagné 46 fois plus que le salaire médian, selon les chiffres de 2017. En 2015, c'était "seulement" 44 fois plus. Peter Mertens, président du PTB, veut inverser cette tendance.

Quelles nouvelles, infos, scoops ou propositions du PTB ont-elles recueilli le plus d’intérêt des lecteurs de notre site cette année ? Découvrez-le ici.

« Je veux donner un signal que la population est en colère. On le voit avec les gilets jaunes. On l'a vu avec les grèves des syndicats. On l'a vu aussi avec la marche pour le climat. Le pays a déjà viré ce gouvernement.

Il y a sur l'environnement des divergences de fond entre le PTB et les autres partis, dont Ecolo. Une de ces divergences concerne la taxe carbone. Pour le PTB, c'est une taxe injuste et inefficace sur le plan environnemental. Mais il y a aussi l'objectif de réductions de CO2 à atteindre d'ici 2030 et l'illusion que le climat peut être sauvé dans le cadre du marché.

Le gouvernement a baissé notre pouvoir d’achat, baissé nos pensions et se fout de nous. C’est pourquoi le PTB appelle tout le monde à rejoindre les actions de ce vendredi 14 décembre. Gilets rouges, gilets verts, gilets jaunes, tous ensemble contre ce gouvernement d’austérité.

Pages