Rédaction en ligne

 
 

Le dimanche, il y a une marche historique pour le Climat. Le lendemain, la ministre Marghem s’envole, dans un avion privé polluant, jeter la voix des 75 000 manifestants dans une poubelle en Pologne.

Un salaire plein pendant deux ans, deux assistans temps plein... Voilà ce que les ministres démissionnaires de la N-VA reçoivent. « Ils ont offert leur propre démission, mais peuvent maintenant jouir d'une série de privilèges dont les gens ordinaires ne peuvent que rêver, réagit le député fédéral Raoul Hedebouw. Quand comprendront-ils enfin que ça ne peut pas continuer comme ça ? »

Le « nouveau » gouvernement Michel II est minoritaire et sera combattu, surtout qu’il continue sur la lancée de Michel I, avec ses mesures antisociales, a réagi Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB.

Les récentes augmentations des prix de l’essence et du diesel on constitué un coup dur pour le revenu des travailleurs. En effet, cette hausse n’est pas prise en compte dans l’indexation des salaires. Le PTB a donc introduit une proposition de loi pour rétablir un véritable indice des salaires qui prend en compte le prix de l’essence et du diesel.

C’est avec colère que le PTB apprend que la marge pour des augmentations de salaires pour la période 2019-2020 serait de - 0,2%. Le PTB demande la liberté de négocier des augmentations de salaires et une hausse du salaire minimum.

La forte hausse des prix du carburant a provoqué un mouvement de colère important. Pour le PTB, il n’est pas normal que le coût de la vie augmente autant et que les salaires ne suivent pas. Il faut réintroduire l’essence et le diesel dans l'indexation des salaires et arrêter la hausse des taxes injustes.

Les postiers et postières sont fier.e.s de leur métier. Mais ils et elles sont aussi en colère. L'explosion de la charge de travail est difficile à supporter, alors que les salaires ne suivent pas. Pour le PTB, il faut sortir de la logique de profit imposée par la Bourse afin de retrouver une poste au service des gens et non du profit.

Durant les élections communales, le PTB a notamment fait campagne sur l’idée d’imposer 30 % de logements sociaux dans les grands projets immobiliers privés. Une proposition jugée complètement irréaliste par le PS lors des négociations. Mais, le 14 novembre dernier, on apprenait que les socialistes déposaient une proposition de décret dans ce sens au Parlement Wallon. « On voit que les idées du PTB percolent jusque dans les rangs du PS, nous ne pouvons que nous en réjouir », commente Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

Suite à l’accord de majorité communale conclu part les socialistes du sp.a et le PTB à Zelzate, les partis de droite, N-VA et Open VLD en tête, hurlent au scandale. Au point d’en appeler à l’instauration d’un cordon sanitaire autour du PTB. Mais qu’est-ce qui leur fait si peur ? Peut-être les propositions sociales et écologiques présentes dans l’accord ? Découvrez-les ici et faites-vous une idée par vous-même.

Que faire contre la pénurie et l'explosion des prix de médicaments ? De plus en plus d'acteurs de la santé préconisent l'application de « la licence obligatoire ». Le PTB embraie et dépose une proposition de loi pour briser le monopole d'une entreprise sur un médicament, même s'il est encore protégé par un brevet, afin de le rendre accessible à ceux qui en ont besoin. 

Pages