Bert De Belder

 

Les 6 et 7 novembre, les président.e.s des 19 partis de la gauche authentique de l'Union européenne se sont réunis à Bruxelles. Un tel meeting était une première. Le président du PTB Peter Mertens y a participé.

Jusqu'il y a à peine quelques mois à peine, on pensait qu'on allait vers une guerre dévastatrice sur la péninsule coréenne – Trump promettait d'y amener « fire and fury », les manœuvres militaires des États-Unis et de la Corée du Sud battaient leur plein, la Corée du Nord poursuivait de plus belle ses essais de missiles nucléaires... Or désormais, un agréable vent de paix souffle sur la région et le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont même serré la main à Singapour. Mais qu'en est-il vraiment, et quelles sont les perspectives ?

Dans les aéroports de New York, Los Angeles, San Francisco, Denver, Minneapolis et ailleurs, les gens protestent contre l'nterdiction d'entrée aux États-Unis émise par Donald Trump pour au moins 90 jours aux ressortissants (avec titre de séjour en ordre) de sept pays - Irak, Iran, Yémen, Libye, Syrie, Soudan, Somalie. « Cette interdiction faite aux ressortissants de pays que les États-Unis ont déstabilisé ces 25 dernières années et même, pour la plupart, bombardé, est simplement répugnante », a réagi David Pestieau, vice-président du PTB.

Dans l'affaire de l’opposition de la Région wallonne à l'accord de libre-échange avec le Canada, le fameux CETA, nombre de commentateurs ont évoqué le rôle du PTB. Peter Mertens, président du parti de gauche, nous donne son point de vue sur la question.

In the story about the Walloons blocking the free trade agreement with Canada, the so-called Ceta, several analysts are discussing the role of the emerging PTB-PVDA (Workers' Party of Belgium). We asked the chairman of the left party how he sees things.

On demande souvent au PTB quelle est son attitude à l'égard de la Corée du Nord. Pourtant, les porte-parole et les élus du parti ont déjà dit et écrit à maintes reprises que le régime nord-coréen n'a strictement rien à voir avec tout ce que défend le PTB. Ce dernier n'a tout simplement aucune relation avec le gouvernement ou le parti de Corée du Nord. Un point, c'est tout. Et il y a de bonnes raisons à cela.

Un tremblement de terre : c’est ainsi qu’est qualifié le résultat des élections régionales et municipales de ce 24 mai en Espagne. Le Parti populaire (conservateur), au pouvoir depuis des années, et le PSOE (sociaux-démocrates) encaissent des coups sévères, et les listes d’union de gauche obtiennent de très beaux scores.

Au milieu de notre conversation, le GSM de Surendra Bhusal sonne. « Désolé, je dois répondre, ça vient du Népal. » Quelques froncements de sourcils plus tard, il annonce : « Le cap des 4000 morts vient d’être dépassé, et on compte 9000 blessés. Je crains qu’on finisse par atteindre les 15.000 morts une fois qu’on aura pu dénombrer les victimes dans toutes les régions du pays. »

Ce qui s’est déroulé aujourd’hui à Gaza s’inscrit dans la poursuite de la politique de colonisation agressive israélienne. Cette troisième agression militaire de Gaza est un nouveau point culminant dans plus de 60 années de conquête et d’appropriation de territoire, d’intimidation et de terreur à l’encontre du peuple palestinien.