Fiscalité

Il y a sur l'environnement des divergences de fond entre le PTB et les autres partis, dont Ecolo. Une de ces divergences concerne la taxe carbone. Pour le PTB, c'est une taxe injuste et inefficace sur le plan environnemental. Mais il y a aussi l'objectif de réductions de CO2 à atteindre d'ici 2030 et l'illusion que le climat peut être sauvé dans le cadre du marché.

Macron a fait ce lundi 10 décembre un discours qui était censé rencontrer les attentes des gilets jaunes de France. Mais son discours est essentiellement un piège tendu aux gilets jaunes. Un piège dans lequel de très nombreux gilets jaunes ne sont pas tombés. Ils annoncent la poursuite du mouvement et « l’Acte V » de la mobilisation.

« J'entends les histoires des gens des petites entreprises qui doivent payer 33% d'impôts, voire plus. Tandis qu'en même temps, les multinationales ici en Belgique bénéficient de systèmes qui leur permet de ne presque pas payer d'impôts.

190 000 ménages wallons ne sont pas parvenus à payer leur redevance TV. Pour le PTB, il est hors de question de harceler les gens en leur envoyant des huissiers.

Les nouvelles révélations concernant les Panama Papers montrent à quel point la réaction des autorités belges est en-dessous de tout dans la lutte contre la grande fraude fiscale. Et à quel point les banques ont un rôle central de complices des Panama-profiteurs. Il est temps de mettre fin à l’impunité: le PTB propose 6 mesures à la hauteur de l'enjeu.

Il y a quelques semaines, le groupe de grande distribution Mestdagh annonçait un plan de restructuration, avec 450 emplois menacés en Belgique. Depuis, les négociations ont commencé, provoquant des mouvements de colère dans plusieurs magasins le 7 juin, tant les propositions de la direction semblent imbuvables aux travailleurs. Pendant ce temps, le service d’études du PTB a découvert une société à Luxembourg. Étrange : le groupe n’y a pourtant pas de magasins...

La « task force » mise en place par le ministre wallon de l'Énergie Jean-Luc Crucke (MR) est sur le point d'arriver à des conclusions. Conclusions qui font bondir Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB : « Les Wallonnes et les Wallons sont loin d'avoir tous été avantagés par les certificats verts et pourtant ils vont tous payer les dettes provoquées par ce système. » 

Les révélations du Soir et De Tijd, dénommées LuxFiles, sont une démonstration imparable d'une réalité qui transparaissait déjà dans les « leaks » et « papers » précédents ou qu'avaient mis en lumière les travaux de l'économiste Gabriel Zucman : le recours aux paradis fiscaux et à l'évasion fiscale n'est pas exceptionnel chez les personnes les plus fortunées, elle est au contraire la règle générale.

Il y a quelques semaines, le gouvernement wallon a confirmé sa volonté d’instaurer un système d’« assurance autonomie » pour le 1er janvier 2019 au plus tard. Cette mesure a officiellement pour but de rencontrer les besoins grandissant provoqués par le vieillissement de la population. Cette assurance sera payée en partie par le citoyen. Alors, nouvelle taxe pensée pour remplir les trous dans les caisses de la Région ou réelle politique de solidarité ?

Le président du groupe du Parlement européen, l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), Guy Verhofstadt, était administrateur d’un groupe qui se retrouve impliqué dans les Paradise Papers. L’affaire est rendue publique aujourd’hui par le PTB. « Au Parlement européen, Guy Verhofstadt fait la leçon à tout le monde. Mais en tant qu'administrateur du holding Exmar, il a perçu 60 000 euros par an. Pourquoi n’a-t-il jamais protesté contre les obscures constructions offshores de la filiale Exmar Offshore Ltd. dans les Bermudes ? Nous demandons que le Parlement européen ouvre une enquête sur l’implication des politiciens dans les Paradise Papers », a déclaré Peter Mertens, président du PTB.

Pages